Depuis plus de dix ans, la 202 est la roue de montagne par excellence. Souvenez-vous d’Ivan Basso, alors sur Cervelo. L’âge d’or de la CSC. Le monde a depuis évolué et les 202 aussi. Elles se sont rigidifiées, élargies et ont agrandi leur champ d’action. Dernière espèce de la race 202 à freinage sur jante, la NSW !

À l’époque cantonnée aux gabarits légers, aux grimpeurs, la 202 était limitée. Pour ses moyeux un peu légers et son rayonnage fragile, cette roue fut rêvée par certains mais décriés par d’autres qui lui trouvaient plus de défauts que de qualités. L’arrivée de la version Firecrest avait complètement changé la donne. Tout était nouveau et même si la 202 s’était alourdie au passage, son comportement était bien meilleur. La NSW chamboule tout, bis repetita. Les nouveaux moyeux Cognition, une nouvelle jante encore plus aéro et une piste de freinage qui repousse les limites du freinage sur jante. Quant à lui, le rayonnage est blindé. L’objectif de Zipp est simple, faire de la 202 la roue parfaite de tous les jours. Une roue pour tous, pour tous les parcours et tous les terrains.

En main on ne peut qu’admirer le formidable travail réalisé sur les moyeux. Ces moyeux qui sont partagés avec les récentes 454 NSW. Les roues tournent et semblent ne jamais s’arrêter. Le moyeu arrière gagne un système de roue libre à couronne crantée dénommée Axial Clutch. Système qui limite les frottements en roue libre grâce à un désengagement des couronnes crantées. La différence de gabarit avec les moyeux des toutes premières versions des 202 est saisissante. La jante bénéficie de la technologie NSW (Nest Speed Weaponry), censée faire gagner 4 Watts par rapport aux précédents Firecrest. La sensibilité au vent latéral est aussi réduite avec ce revêtement de type peau de requin. La finition de la jante mérite aussi des éloges. Loin de certaines roues tape à l’oeil, les nouveaux marquages 202 sont sobres et classes. Des marquages qui ne font pas appel à des autocollants mais à une impression à même la jante.

Des sensations de roulage excellentes

Le temps où les Zipp frottaient irrémédiablement contre les patins est bien terminé. Depuis la génération Firecrest, on peut même considérer les Zipp comme des roues très rigides. Les Firestrike n’ont fait que renforcer cela. Il suffit de parcourir quelques mètres pour s’en rendre compte.

Les 202 NSW ne faillissent pas à cette règle et s’avèrent tout de suite parfaitement équilibrées. La jante large (25,4 mm) s’oublie vite d’autant plus que les pneumatiques Tangente Speed se montrent très performants. Les 202 sont des roues de montagne, c’est donc naturellement que je les emmène dans la côte difficile de notre circuit d’essai. Un passage de presque un kilomètre à plus de 10 %, voilà de quoi jauger des qualités de ces roues. Je m’y colle avec un grand développement, histoire de bien « sentir » tout ce qui se passe. Au bout de deux cents mètres, c’est plus difficile et, bien souvent, c’est au moment de repasser sur le petit plateau que ça se corse.

Et les 202 NSW secondent parfaitement mon vélo du jour, un Bianchi Specialissima. Facilité de changement de rythme et surtout aucune sensation de dureté lorsque l’allure est trop élevée et qu’on doit baisser le régime. En danseuse, je ressens cette agréable sensation d’être aidé et bien secondé. Une sensation de disponibilité totale. Je n’ai pas à m’adapter à un train roulant qui serait trop rigide ou trop nerveux, ici les roues sont à mes ordres. Parfait. À vitesse stabilisée et au-dessus de 18-19 km/h, je sens bien que leur aérodynamisme fait des merveilles. À partir de 20 km/h, les 202 ne demandent qu’à accélérer et il faudra faire attention à ne pas trop s’emballer. Heureusement qu’elles pardonnent en cas de surrégime. Sur le plat c’est même grisant, tant il est difficile de rouler doucement ! Pas seulement que les roues incitent à accélérer mais qu’elles accélèrent toutes seules. Une fois lancées, il faut juste maintenir la vitesse, sans forcer. Zipp annonce avoir réduit la sensibilité au vent latéral. Je n’ai pas pu tester, un comble, il n’y avait pas de vent autour du Ventoux lors de mes sorties avec ces roues. Pour terminer, en descente, le freinage est exceptionnel. Aucun grincement et une résistance à l’échauffement bien supérieure aux précédents modèles. Ça freine fort tout de suite et longtemps. Attention à bien utiliser les patins fournis ! Côté tenue de route, aucun problème même en changement d’angle rapide, les roues se placent au millimètre là où on veut.

Pari réussi et on oublie qu’elles sont à pneu !

Zipp réussit le pari de proposer des roues à profil bas utilisables tous les jours et sur tous les parcours. On sait que, souvent, ce type de roues doit se cantonner à de la montagne tant leur manque d’aéro, leur poids plume fait défaut sitôt que la route s’aplanie. Sans parler des limites de poids inhérentes à la jante très légère qui pose problème en descente ou avec des cyclistes lourds et puissants.

Rien de tout ça avec la 202 NSW qui parvient avec brio à concilier roue de montagne parfaite et roue de tous les jours. Dernier mot sur ces roues à pneus. Bien qu’étant un adepte du boyau, il faut avouer que Zipp parvient à nous les faire oublier. Confort, rendement, sécurité, le couple 202 NSW et pneu Tangente fonctionne à merveille. Pari réussi…

Poids : 1375 grammes – Largeur jante : 25,4 mm – Hauteur jante : 32 mm – 18 rayons AV et 24 rayons AR – Tarif : 2800 euros la paire