Un Tour de Rêve s’annonce

par | Juin 28, 2021 | Actualité

Le favori de Top Vélo, Tadej Pogacar

Alaphilippe et Van Der Poel au sommet

Lancé depuis la terre sainte du cyclisme, cette Bretagne qui donna à la France des champions du calibre de Jean Robic et Louison Bobet, le Tour 2021 pourrait bien s’inscrire bientôt en lettres d’or dans le grand livre du vélo moderne. Et même si Bernard Hinault, autre immense Breton, n’imagine même pas un Français au pouvoir, voici venir le rêve par la grâce de deux immenses coureurs : Julian Alaphilippe et Mathieu Van der Poel.

Qui aurait pu imaginer pareil scénario pour le lancement d’un Tour de France présenté comme celui du retour à la liberté ? Avec deux stars du peloton redonnant sens et consistance à la notion de sport de légende chère au grand Pierre Chany. Le Français Alaphilippe et le franco-néerlandais Van der Poel. Deux jeunes guerriers sans peur et sans reproche décidés à marquer de leur empreinte de géants les premiers kilomètres d’une course à nulle autre pareille.

Alaphilippe le magnifique d’abord. Passant avec bonheur du maillot arc en ciel au maillot jaune. Inlassable attaquant venant exploser dans la maléfique Fosse aux loups un peloton attentif et médusé avec une double attaque en côte digne d’un Pantani. Premier leader espéré, attendu, magnifié par l’attente et l’espoir comme l’écrivait avec justesse notre confrère Guillaume Di Grazia. Avec déjà dans sa roue deux cadors attendant l’heure d’entrer en scène pour les actes majeurs que seront bientôt les chronos et les sommets, Roglic et Pogacar.

Van der Poel le doigt levé vers le ciel pour un vibrant hommage à son papy, Raymond Poulidor
Passage de pouvoir et respect entre Julian et Mathieu
Alaphilippe et son Wolf Pack

Van der Poel le conquérant ensuite. Dédiant à son papy Poulidor une victoire éclatante de puissance et de classe. Offrant à Poupou ce maillot jaune qu’il n’aura jamais porté ne serait-ce qu’une seule des milliers de journées de sa formidable carrière de Champion hors norme. Faisant du mythique Mur de Bretagne un champ de bataille familial digne du Puy de Dôme de la haute époque du duel Poulidor-Anquetil.
Une première accélération d’abord, pour marquer les esprits et décrocher les bonifications annonciatrices de jaune. Puis une seconde attaque mortelle quoi va dénouer les fils du destin pour une victoire et un maillot jaune immédiatement dédiés à l’absent.

Des larmes, du respect, de la joie contenue et de la mélancolie. En deux journées marquées par deux athlètes exceptionnels, le Tour parvient déjà à imposer sa 108ème édition comme un cru magique. D’autant que la suite s’annonce d’ores et déjà comme fantastique. Avec un Tadej Pogacar, favori de la rédaction de Top Vélo, prêt à relever le défi d’une seconde victoire consécutive. Son mentor italien, le vieux Maestro Ernesto Colnago, y croit très fort. Même s’il craint les armadas INEOS Grenadier et Jumbo Visma.
Share This