Tesla Model X 100D

par | Sep 2, 2019 | La voiture du cycliste

On nous parle depuis des années de Tesla, la marque novatrice créee par Elon Musk, partie à la conquête d’un secteur automobile en plein renouvellement. Tesla qui propose uniquement des véhicules électriques dont l’ambition est de révolutionner notre manière de nous déplacer en concevant non pas seulement des véhicules électriques, mais aussi des points de recharge avec les Superchargeurs. On vous explique à propos du Tesla Model X pourquoi ce pourrait être la voiture du cycliste par excellence…

Un avant et un après, le choc Tesla

Le Model X est le premier SUV de Tesla. Basé sur la grande berline Model S dont il reprend les trains roulants, les moteurs, les batteries et le tableau de bord. Il bénéficie de performances de premier ordre qui tiennent plus du domaine de la sportive que du gros SUV capable d’emmener toute la famille avec bagages et vélos en vacances. C’est pourtant ce que propose le Model X 100D avec sa transmission à 4 roues motrices entièrement gérées électroniquement par les deux moteurs présents sur les essieux avant et arrière.

Rouler en électrique ça implique quoi ?

Tomber en panne et ne pas pouvoir recharger ? Effrayant pour le néophyte ! Une appréhension légitime mais totalement infondée. Pour Tesla du moins. Rouler en véhicule électrique n’implique au fond aucune crainte. Des bornes de recharge sont présentes un peu partout sur le territoire (il suffit de télécharger une application comme Chargemap) et beaucoup sont gratuites. Sans parler des Superchargeurs Tesla gratuits à vie pour l’acquéreur d’un Model X ou d’une Model S. Des Superchargeurs disséminés partout en Europe, notamment le long des autoroutes, offrant ainsi la possibilité d’effectuer de longs parcours sans crainte de panne. Le plus simple étant d’entrer l’adresse de destination dans le navigateur de la voiture qui indique le pourcentage de batterie restant à l’arrivée et si besoin adapte l’itinéraire pour passer par un Superchargeur. L’application Chargemap étend cela à toutes les bornes de recharge. Dans la pratique avec 450 kilomètres réels d’autonomie (400 sur autoroute et plutôt 500 sur nationale), il n’est pas nécessaire de recharger à 100 % les batteries, d’autant plus qu’on peut envisager de recharger sa Tesla chez soi ou comme nous lors de courses au supermarché !

L’écran qui fait office de compteur affiche toutes les informations nécessaires. Consommation moyenne du trajet, moyenne depuis la recharge, pourcentage de batterie et si besoin autonomie en fonction de la conduite. Impossible de tomber en panne !

La recharge en question

Plusieurs types de recharges sont possibles. Du Superchargeur Tesla 120 kW qui évolue en douceur vers 150 kW et qui recharge 80 % de la batterie en 40 minutes (bientôt 250 kW et 80 % en 15 min) à la prise 3 kW du domicile il y a aussi les bornes de recharge mises en place par les municipalités ou les commerces qui délivrent pour l’instant 22 kW.

Le Superchargeur Tesla permet de charger très rapidement la batterie et se trouve principalement sur les entrées ou sorties d’autoroute. Nous avons pu essayer celui d’Orange et avec une batterie à 34 % il nous a fallu tout juste 30 minutes pour atteindre 80 % et 25 minutes supplémentaires pour atteindre 95 %.
Une prouesse car ce jour-là (pendant les vacances) toutes les bornes étaient occupées et le courant forcément partagé.
À noter que la majorité des Tesla en charge restait moins de 20 minutes car rien ne sert de recharger la batterie à son niveau maximal s’il reste seulement 150 km pour arriver à destination !

La borne de recharge rapide dans les lieux publics est bien souvent gratuite. Nous avons pu recharger à 17kW (22 annoncés) sur le parking d’un supermarché. Évidemment il faudra plus de temps qu’avec un Superchargeur mais on récupère ainsi de précieux pourcentages en faisant ses courses. Si ce type de borne tend à se multiplier, rien n’indique qu’il reste gratuit. Notez qu’il faut parfois un compte Chargemap pour les utiliser, dans tous les cas l’application du même nom est bien utile pour les trouver !

La recharge à domicile sur prise courante est la plus longue avec entre 1,5 et 2,5 kW de puissance. De quoi attendre 50 h pour une recharge complète sur un Model X comme le nôtre équipé d’une batterie de 100 kWh ! Si dans la plupart des cas pour un usage quotidien jusqu’à 150 km, la prise classique suffira amplement,  au-delà l’installation d’une Wallbox est conseillée, permettant de passer de 10 à 16 ou 32 ampères pour une puissance de recharge portée entre 3,7 et 22 kW.  
Son coût : environ 1000 euros qui donne droit à 30 % de crédit d’impôt.

L’accès au Superchargeur est gratuit pour un pocesseur de Model X ou Model S. Le branchement est simplissime.

La lumière verte confirme que le chargement est en cours. Quand c’est terminé ou que vous souhaitez arrêter la charge elle devient bleue.

322 km par heure de recharge (70kW) sur le Superchargeur d’Orange alors que toutes les bornes sont en cours de chargement (vacances). Une vraie performance !

Le côté pratique du model X : Gigantesque !

Avec plus de 5 mètres de long le Model X est gigantesque. Notre configuration (luxueuse) 6 sièges laisse une place appréciable entre chaque occupant. Le coffre arrière n’est pas en reste avec un double fond fort pratique. Les sièges arrière s’escamotent à l’aide d’un petit bouton placé sur leur dossier, laissant un plancher entièrement plat.

Une fois les sièges arrière rabattus, l’espace de chargement entre les sièges de la deuxième rangée est considérable !

4 places et un coffre gigantesque qui est identique en configuration 5 places.

Le coffre avant accueillera sans problème un sac de sport, de notre côté nous l’avons utilisé pour ranger tous les adaptateurs et câbles bien utiles pour recharger les batteries. L’accès aux places de la dernière rangée est facilité par les portes Falcon et par l’avancement et le basculement électrique des sièges de la rangée du milieu. Les portes Falcon qui permettent une posture debout à l’intérieur de la voiture, dégageant une place impressionnante pour s’installer.

L’accés à la dernière rangée est facilité par l’avancement électrique des sièges de la deuxième rangée. Le confort est quasiment identique.

Il est possible de se tenir debout dans le Model X grâce aux portes Falcon.

La configuration à 6 sièges peut sembler secondaire pourtant elle offre un confort indéniable. L’espace entre les passagers est énorme et associé à la luminosité ambiante le bien-être ressenti est au plus haut niveau, même aux places du dernier rang qui offrent le même confort que celles du second rang. Car l’absence de bruit de moteur et la disponibilité immédiate du couple et de la puissance permettent indéniablement une conduite décontractée et reposante qu’aucun autre SUV thermique sportif ne peut atteindre.

Le plus grand pare-brise de la production automobile fait entrer une quantité de lumière incroyable dans l’habitacle. Si le soleil gêne, des pare-soleils sont intégrés dans les montants de pare-brise.

Le transport de vélos ? Une formalité

Le transport de vélo ne pose aucun problème avec le Tesla Model X. On peut très bien envisager partir à 4 personnes pour participer à une épreuve et emmener deux machines dans la voiture. Le coffre avant permettra de charger le reste des bagages, sans compter sur la place entre les deux sièges de la rangée du milieu et le double fond du coffre arrière.

Dans le coffre deux vélos prennent place sans problème. On pourrait même en faire entrer un troisième !

Le coffre avant est de belle capacité et permet d’emporter plusieurs sacs. Il est parfaitement étanche.

En configuration 6 places il est possible de charger dans le coffre arrière un vélo avec sa paire de roues démontées, en enlevant la tablette du coffre qui permet d’accéder au double fond.

6 personnes et un vélo dans le coffre grâce au double fond de celui-ci !

En configuration 4 (ou 5) places il est possible d’emmener jusqu’à trois vélos en enlevant les deux roues. Notre véhicule d’essai bénéficiant d’un attelage, nous avons pu monter sans encombre un porte-vélo. En roulant, la possibilité de laisser active la caméra arrière sur l’écran central permet d’observer en HD ce qui se passe à l’arrière. Fort pratique !

Le Model X est particulièrement adapté au transport de vélo sur porte-vélo. Notez que la porte Falcon est intelligente et s’arrête grâce à des capteurs ultrasons en cas d’obstacles. Elle ne réclame ainsi que 30 cm latéralement pour s’ouvrir !

La caméra arrière laissée active : de quoi surveiller sa monture même en roulant !

Sur la route, le Model X dans son élément

Avec son gabarit prompt à faire passer un Range Rover pour une petite voiture, le Model X semble plus taillé pour les routes de l’autre côté de l’Atlantique que pour celles de la vieille Europe. Il s’y montre pourtant fort à l’aise, bien aidé il est vrai par son arsenal technologique.
Plusieurs caméras sont placées tout autour du véhicule et « sondent » le trafic en permanence, donnant au conducteur une vision en temps réel de ce qui se passe deux ou trois véhicules devant lui. Et ce qui est exceptionnel c’est que Tesla est capable de différencier les piétons, les motos, les cyclistes, les voitures, les camionnettes ou les camions !

Une des nombreuses caméras permettant d’analyser le trafic.

Au centre du combiné d’instruments le Model X retransmet fidèlement la circulation alentour en analysant chaque type de véhicules.

Ainsi sur autoroute il est possible de se laisser par l’Autopilot et la Capacité de conduite entièrement autonome (de niveau 2), le Model X s’occupe du reste. Seule obligation : laisser les mains sur le volant.
Sur le papier car dans la réalité le système est très coulant et seule une prise en main toutes les quinze-vingt secondes est requise avant que la voiture rappelle le conducteur à l’ordre. Il est même possible d’effectuer un changement de voie juste en mettant le clignotant. Si la circulation le permet (pas de voiture devant et derrière) le Model X suit la consigne. Bluffant et extrêmement reposant car le système embarqué est réellement au point, le conducteur n’est pas sans cesse obligé de rester aux aguets pour corriger une erreur de la voiture.

Sur autoroute l’Autopilot couplé à la Capacité de conduite entièrement autonome (de niveau 2) s’occupe de tout, même de changer de voie !

L’écran central de 17 pouces gère toutes les fonctions du Model X, couplé à l’écran qui fait office de compteur, totalement configurable. Bien avant les i-Cockpit des Audi, Peugeot et consorts, Tesla avait compris l’intérêt des compteurs numériques. Et contrairement à certains constructeurs qui en font trop et dont les systèmes multimédias sont compliqués à utiliser, Tesla fait comme Apple. Simple d’usage et réactif, on croirait être sur un iPad. Mettre le GPS en route se fait de la même manière que sur votre smartphone avec Google Maps. Trouver un point d’intérêt est ultra simple, grâce à la connexion 4G, la Tesla trouve tout de suite le restaurant «Chez Serge» à Carpentras par exemple. La dalle recouverte de verre permet une parfaite interaction tactile, ce qui est très appréciable lorsqu’on conduit.

L’écran de 17 pouces réagit au doigt avec une réactivité impressionnante. Son usage très simple s’apparente à celui d’un iPad géant. Notez les jeux, fantaisie d’Elon Musk, disponibles uniquement à l’arrêt. De quoi s’amuser pendant la recharge !

L’usage du GPS est comme le reste de la voiture, simple à utiliser et très intuitif. Grâce à Google Maps, la recherche de points d’intérêt se montre très rapide et performante. Le Model X bénéficie d’une connexion 4G permanente qui permet aussi, entre autre, d’écouter de la musique via Spotify qui est directement intégré au système multimédia.

Avec plus de 2400 kilos à vide, les craintes que le Model X s’affale sur ses suspensions au premier virage étaient élevées mais il n’en est rien grâce à son châssis en aluminium et son architecture regroupant ses batteries dans le plancher (en dessous du centre des roues, précisément). Bénéficiant d’un centre de gravité bas, d’un châssis très rigide et de trains roulant ultra-précis, le Model X se joue des virages avec peu de roulis. La suspension pneumatique qui s’abaisse automatiquement garde un bon confort malgré la monte 22 pouces optionnelle de notre modèle d’essai et contient à merveille les mouvements de caisse. Largement de quoi se faire plaisir sur petites routes où les seules limites viendront de la largeur de la voiture (199 cm) et du freinage.
En conduite très sportive il nous aura fallu 5 minutes pour sentir la pédale devenir spongieuse, sans perte d’efficacité cependant. L’inscription en courbe est naturelle et il n’y a quasiment pas de perte de motricité à la ré-accélération, ce qui est un exploit vu le couple des deux moteurs électriques. En sortie de virage, accélérateur à fond, vous êtes catapultés vers le virage suivant, comme si les lignes droites étaient raccourcies au volant du Tesla. Soyons clair, peu de SUV pourront suivre son rythme, même les plus sportifs…
Pour les processeurs d’un véhicule équipé d’une boîte automatique, le « rampage » (le fait que le véhicule avance en lâchant la pédale de frein) s’avère bien pratique en manœuvre. Il est possible d’activer un comportement équivalant chez Tesla. Enfin en activant la récupération d’énergie il n’est quasiment pas nécessaire de freiner. Le simple fait de relâcher la pédale d’accélérateur fait freiner la voiture. Outre le fait de pouvoir contrôler la voiture avec une seule pédale, l’économie des freins est substantielle !

Voiture et vélo n’ont jamais autant fait bon ménage. Chaque moyen de transport a son appareil de lavage dédié !

Avec ses accélarations foudroyantes le Model X a la facheuse manie d’attirer les insectes…

Une consommation énergétique exceptionnellement basse et des performances hallucinantes !

Rendez-vous compte, durant notre essai effectué sur toute sortes de routes et à des allures parfois répréhensibles, la consommation du Model X s’est établie à moins de 30 kWh/100 km soit l’équivalent de 2 à 3 litres de Gazole pour 100 km ! Le rendement des moteurs électriques est sans comparaison possible avec celui d’un moteur thermique et l’aérodynamique soignée du Tesla (le SUV le plus aérodynamique du marché) fait le reste. En tenant compte de la masse de la voiture (plus de 24 quintaux) et de ses performances (250 km/h, 0-100 km/h en moins de 5 secondes), un SUV équivalant consommerait au moins 13 litres de sans-plomb avec un agrément sans doute inférieur. Car l’absence de bruit de moteur et la disponibilité immédiate du couple et de la puissance permettent indéniablement une conduite décontractée et reposante qu’aucun autre SUV thermique sportif ne peut atteindre.

Annoncée pour plus de 500 km, l’autonomie réelle du Model X sur route secondaire est autour des 450 km.

Pour les cyclistes que nous sommes, le Tesla Model X remplit toutes les cases. Praticité avec une grande capacité de chargement, confort grâce à un silence de fonctionnement sans équivalant, performance et faible consommation énergétique. Associé à un fonctionnement propre qui fait passer pour politiquement correct cet énorme SUV, on se demande encore pourquoi les voitures suiveuses des équipes pros sont thermiques. À l’aise partout, rechargeable facilement (merci les Superchargeurs) et doté d’une bonne autonomie, le Tesla Model X fait définitivement figure à part dans la catégorie des super SUV !

Tesla Model X 100D Grande Autonomie

Fiche technique

Options du modèle essayé :
Peinture noir uni 1 050 euros
Jantes Turbine Onyx 22’’ 5 800 euros
Intérieur premium noir et blanc avec finition bois frêne foncé 1600 euros
Habitacle 6 sièges 6 300 euros
Pilotage automatique de série
Conduite entièrement autonome 6 300 euros
Accès au réseau de Superchargeur gratuit et illimité de série

Dimensions : 5,05 x 1,99 x 1,68 m Poids : 2 450 kg Vitesse max : 250 km/h Accélération 0-100 km/h : 4,6 sec Autonomie : 505 Km (WLTP)

Tarifs

Modèle essayé : 111 750 euros 
(bonus écologique de 6 000 euros déduit) Base : 90 700 euros
(bonus écologique de 6 000 euros déduit)
Share This