Campagnolo Ekar AD

Specialized S-Works Ares

par | Jan 21, 2021 | Les essais, Matériel

La vie est un éternel recommencement.
Avec la sortie des chaussures S-Works Vent, on se demandait comment il était possible d’améliorer encore une chaussure. C’est pourtant ce que réalise Specialized en lançant la nouvelle S-Works Ares, particulièrement destinée aux coureurs !
Voici le premier essai et les caractéristiques des nouvelles Specialized S-Works Ares !

La meilleure ?

La gamme de chaussures S-Works, déjà bien étendue s’élargit avec l’arrivée de la S-Works Ares !

Pourquoi une nouvelle chaussure ?

« Parce qu’une seule seconde peut faire la différence. »
On sait que Specialized communique énormément sur la capacité de toute sa gamme S-Works (composants, vélos, vêtements, accessoires) à vous faire aller plus vite.
Alors, un marketing « pesant » pour certains, mais force est de constater que les produits Specialized sont excellents !

C’est en collaboration avec les coureurs professionnels (dont Sam Benett) que Specialized a commencé à travailler sur une toute nouvelle chaussure, spécifique aux sprinteurs. Ceux-ci réclamaient une chaussure avec un maintien extraordinaire, de manière à ne perdre aucun watt.
Initialement conçue pour équiper les plus puissants sprinteurs de la planète, les ingénieurs de Morgan Hill ont vite compris que leur nouvelle chaussure convenait en fait à tous les cyclistes désireux d’optimiser leur transfert de puissance.

Sur le Tour cette année, je craignais que l’un des autres sprinteurs ait les chaussures S-Works Ares avant moi, je sais que cela fait la différence.

Sam Benett

Une conception totalement nouvelle

Si la forme globale et l’ergonomie font toujours appel au Body Geometry, Specialized a totalement repensé la manière de concevoir une chaussure de vélo.

Specialized a en effet développé une chaussure sans languette. C’est le chausson renforcé en Dyneema (fibre issue de l’aérospatiale) qui vient envelopper le pied, exactement comme une chaussette. Évidemment d’autres concurrents ont par le passé déjà utilisé ce système (venu du ski), mais le confort était problématique que même les coursiers ne les utilisaient pas.

Le serrage s’effectue grâce à deux Boa Li2 de manière triangulaire. « En triangulant le maintien sur le milieu du pied et en répartissant la pression sur une plus grande surface, la S-Works Ares élimine la rotation du pied dans la chaussure. » 
Un nouveau serrage Li2 plus fin et plus léger, qui se détache en cas de chute et se remplace facilement.

Ce chausson très souple permet d’optimiser le confort et maximiser l’évacuation de la chaleur. Toute la rigidité de la chaussure est due à la semelle carbone (identique à la S-Works 7) et au renfort Dyneema présent des deux côtés, qui tient le chausson en « sandwich ».
L’avant du chausson est très souple, un peu comme sur la S-Works Vent et l’Exos. Le renfort sur le devant du pied est d’ailleurs identique à la Vent.

Impossible de ne pas remarquer le talon, qui est quasiment un centimètre plus haut que sur les autres modèles S-Works. C’est en fait le chausson qui remonte, car la base du talon est bien identique. Le chausson est garni d’un revêtement épais et antidérapant à l’intérieur pour que le pied ne glisse pas en phase de traction.

Un poids très contenu

Pesées à 242 grammes sans semelle (252 grammes avec la semelle fournie par Specialized) en pointure 43, les Ares s’offrent le luxe d’afficher 10 grammes de moins que leurs concurrentes de ches Fi’zi:k, les Vento Stabilita Carbone.

Pour rester dans la gamme Specialized, nous avons pesé les S-Works 7 à 228 grammes, les Vent à 224 grammes et les Exos à 148 grammes. Sans semelles.
Très légèrement plus lourdes donc que les sœurs de la gamme S-Works, les Ares promettent cependant un confort accru (en comparaison avec les S-Works 7) et un maintien encore plus abouti.

Quand je mets mes pieds dans ma paire d’Ares, c’est comme si j’enfilais mes chaussons préférés au coin du feu.

Julian Alaphilippe

Premières sensations, premier essai

La première sensation en enfilant les Ares est déroutante. À mi-chemin entre une chaussette très douce, confortable et la tenue d’une chaussure de ski.
Sans même serrer les deux serrages Boa je sens que mon pied est maintenu très efficacement, sans ressentir la moindre gêne. Bluffant !

Une fois en selle, je ne ressens aucun flottement et mon pied est maintient tellement fermement qu’il m’est impossible d’effectuer une rotation latérale de celui-ci. Mais ce qui me surprend le plus, c’est le confort du chausson. Il agit comme une peau très douce qui enveloppe le pied.
Rien à dire sur la rigidité de la semelle, impossible à prendre en défaut (c’est déjà le cas sur les Exos et Vent qui bénéficient pourtant d’une semelle d’indice moins rigide).
En roulant au train je me surprends à imaginer que mon pied est directement relié à la pédale. Ce qui me permet d’ailleurs de constater une fois de plus que l’interface cales-pédales Look est loin d’être la plus efficace (mais c’est une autre histoire).
Jamais auparavant je n’avais pédalé si efficacement, surtout lors de la phase de remontée de ma jambe, où je tire sur la pédale. À ce moment précis, d’ordinaire, on sent le pied bouger légèrement de haut en bas, à moins de serrer très fort le serrage, ce qui occasionne des douleurs.
Rien de cela ici, en conservant un couple de serrage normal, mon pied est aussi bien fermement tenu tant latéralement que verticalement.
Comme sur les Vent et les Exos et contrairement à la S-Works 7, l’avant du pied est totalement libre. Bien agréable sur les grandes distances, cela permet aux orteils de ne pas subir d’échauffements.
Specialized S-Works Ares

S-Works 7, Vent, Exos ou Ares ?

La gamme de chaussure S-Works de Specialized est incroyablement fournie et qualitative. Chaque chaussure est exceptionnelle et mérite d’être achetée.
La S-Works 7 est la plus ancienne et, de fait, celle qui résume le mieux tout ce qu’on attend d’une chaussure performante : rigidité, légèreté et confort.
La Vent ajoute de l’aération et une dose supplémentaire de confort sans quasiment perdre en rigidité. Chez Top Vélo nous la préférons d’ailleurs à la S-Works 7.
Vient ensuite l’Exos, véritable Ovni. Ultra légère, elle est aussi ultra confortable, mais son maintien plus « limité » pourra ne pas plaire à tout le monde. Sa semelle est par-contre incroyable.

Du 36 au 49 (demies pointures du 38 au 46). 4 couleurs disponibles.
Tarif : 419 euros
Renseignements : Specialized

Nouveau Specialized Tarmac SL7

L’essai exclusif du Tarmac SL7 !

Boa lance son nouveau serrage Li2

Plus petit, plus léger, plus solide, plus écologique et plus de fonctionnalités.

Specialized Exos

Specialized entre dans un monde stratosphérique. Proposer une chaussure de moins de 200 grammes…

Share This