La chaussure extraterrestre 

Specialized entre dans un monde stratosphérique. Proposer une chaussure de moins de 200 grammes relève de l’exploit, mais tenez-vous bien, les EXOS avouent seulement 148 grammes (sans semelle interne) sur la balance en pointure 43. Une performance rendue possible grâce à une maitrise technique et technologique très aboutie.

La lecture de la fiche technique des EXOS a de quoi donner le tournis : serrage Boa IP1, semelle carbone Body Geometry, structure en mesh Dyneema, écrous de serrage de cale en titane, devant du chaussant en WarpSleep (utilisé pour les manchons aéro de la SUB6) entre autres. 

Pour se concentrer sur la semelle, sachez qu’elle n’a rien à voir avec celle des S-Works 7. Sa conception à l’aide d’une carte des pressions exercées a permis de l’alléger au maximum aux endroits où les contraintes sont minimes et de laisser de la matière aux points de pression. La rigidité est préservée et le poids en chute libre. 

Le revêtement du T du talon mérite quelques explications. Entièrement souple, il se passe des traditionnels inserts rigides. Specialized utilise du Dyneema, une fibre issue de l’aérospatiale associé à un petit renfort baptisé CubicTec.

Ce revêtement Dyneema offre l’avantage de s’adapter parfaitement à la forme de votre pied et sa solidité fait le reste. Côté empeigne, c’est une première, Specialized a retiré la ToolBox à l’avant du pied. Plus de pièce rigide mais un simple renfort permet de ne pas abimer le revêtement si par exemple votre roue viendrait à frotter contre la chaussure.

Mes sensations

Je roule habituellement avec des S-Works 7 et des Gaerne G.Stilo. Des chaussures très haut de gamme que j’apprécie pour plusieurs raisons. La performance et la légèreté pour le Specialized, le confort pour la Gaerne. Sincèrement il m’est difficile de les départager.

Avant même de les chausser, je suis impressionné. Par la légèreté et la finesse de l’ensemble. Dès la sortie de la boite, en mettant les cales et en les manipulant. J’avoue être un peu déstabilisé par le dessus de la chaussure qui n’est pas rigide. Sont-elles solides ? Assez rigide ? Le pied sera assez tenu ? Autant de questions auxquelles il me tarde de répondre par une première sortie. 

Il fait beau, je suis en Espagne en compagnie d’autres journalistes. Les EXOS ont été dévoilées il y a trois jours et je ne passe pas inaperçu. Ou comment Specialized arrive à créer de l’étonnement même chez les journalistes ! Mais revenons à nos chaussures. Je les chausse à proximité de ma monture (il ne me viendrait pas à l’idée de marcher avec des chaussures de ce prix), j’enclenche les cales et c’est parti. 

Clairement sur les premiers kilomètres je suis très mal à l’aise. L’impression que l’avant de mon pied va déchirer la chaussure fait que j’ai du mal à me concentrer sur autre chose que ça. Drôle d’impression. Puis… au bout d’une demi-heure je commence à les oublier. L’allure de notre augmente en même temps que je me sens bien. Une côte se profile, je suis l’ancien Champion du Monde Alessandro Ballan qui nous accompagne. Au sommet nous ne sommes plus que trois et je commence à apprécier les EXOS. 

Leur légèreté se ressent tout de suite, rendant le pédalage plus fluide. C’est indéniable. Ensuite la rigidité de leur semelle est sans conteste incroyable. Largement au niveau des S-Works classiques (la marque annonce une rigidité un poil inférieure qu’il est impossible de percevoir). Enfin j’ai resserré à plusieurs reprises le serrage Boa durant ma sortie. En effet, en partant j’avais serré « normalement », comme d’habitude. Ici il faut serrer bien fort pour que le pied soit tenu. Le Boa étant bien réparti on ne ressent aucune douleur et le serrage se montre au final très efficace. 

J’en viens au point que j’ai le plus aimé. Le confort ! Le pied est bien tenu c’est un fait et les orteils ont une complète liberté de mouvement. Plus d’échauffement et une sensation de pied qui respire. JE n’avais jamais ressenti ça dans aucune autre paire de chaussures… 

Dernière question : le talon est-il bien maintenu ? Je peux répondre parfaitement ! Rien à dire à ce niveau. Je reviens sur la première phrase de mon essai, les EXOS ont remplacé mes S-Works 7 et mes Gaerne. Difficile de passer à autre chose…

Incroyables

En mettant de côté leur tarif difficile à oublier, Specialized réussit le coup de force de proposer des chaussures ultra légères et performantes. Même si leur texture apparaît comme molle, elles peuvent compter sur leur semelle carbone très rigide et leur serrage Boa parfaitement étudié. Côté confort les Exos se révèlent exceptionnelles. On pourrait les réserver aux grands jours mais il serait dommage de ne pas les utiliser au quotidien !

Valent-elles leur prix ? Si vous êtes prêt à mettre 500 euros dans une paire de chaussures, oui. Sinon les S-Works classiques vous raviront…

Pointures : du 39 au 49 – Poids : 150 grammes en 42 – Tarif : 499,90 euros

Share This