Campagnolo Ekar AD

Ridley lance le Grifn : vous n’aurez plus à choisir entre route et Gravel ! 

par | Déc 1, 2022 | Gravel

Le tout nouveau vélo de Ridley est conçu pour évoluer à la fois sur la route ou en Gravel. Annoncé comme rapide et performant sur tous les types de surfaces, des routes goudronnées lisses aux chemins de terre il devrait combiner des caractéristiques contraires. C’est ce que nous avons vérifié.
Ridley Grifn

Premier essai exclusif

Le rêve non ? Rouler avec la même machine dans les chemins en mode Gravel, ou bien arpenter des cols, juste en changeant de pneumatiques (ou de roues). Désormais, les constructeurs ont compris qu’ils pouvaient mixer les vélos dits « endurance » avec les « Gravels ».
C’est aussi grâce à l’évolution des roues et des transmissions. Un ensemble de choses qui ont récemment permis aux constructeurs de laisser libre cours à leur imagination.
Avec le Grifn, Ridley rompt avec le principe du N+1 relatif au nombre idéal de vélos qu’il faudrait posséder. Un vélo de route + un vélo de Gravel ? C’est dépassé…
Ridley Grifn
Ridley Grifn
Ridley Grifn

Un long processus de création

En 2015, Ridley a lancé son premier vélo tout terrain, le X-trail, déjà conçu pour être utilisé comme un vélo de route ou un vélo Gravel. Ce vélo a été renommé Kanzo Speed en 2019. La tendance favorisant les vélos de route plus performants a amené Ridley à moderniser son vélo. Aux côtés du Kanzo Fast centré sur la performance et du Kanzo Adventure axé sur l’exploration et la longue distance, le Grifn complète maintenant la gamme de vélos Gravel de Ridley.

Ridley Grifn

Des caractéristiques ultra intéressantes

Avec son cadre de 990 grammes (non peint), le Grifn est assez léger tout en étant largement capable de rouler hors-piste grâce à son dégagement de pneu maximal de 40 mm (avec une transmission 1x, 38mm avec une transmission 2x). Il peut être équipé de garde-boue et d’éclairage dynamo pour s’adapter à toutes les utilisations : à la conduite sur route et sur gravier, ainsi qu’au vélotaf et aux longues virées.

Ridley Grifn
Ridley Grifn
Ridley Grifn

Un nom pas choisi au hasard

Le nom Grifn fait référence au mythique griffon, une bête légendaire alliant le corps d’un lion avec la tête et les ailes d’un aigle. Cette créature hybride symbolise le règne sur deux royaumes : la terre et le ciel. Grâce à sa polyvalence, le Grifn de Ridley est également capable de s’imposer dans deux royaumes : la route et le gravier.
Capable d’explorer tous les horizons, ce vélo peut être conçu à la fois comme un vélo de route et un vélo gravel. Enfin, le Grifn est entièrement personnalisable pour s’adapter à vos souhaits.

Ridley Grifn

Une géométrie bien spécifique

Le tout nouveau design du vélo s’accompagne de nouvelles formes et d’une nouvelle géométrie.
La géométrie du Grifn, adaptée à la fois à la conduite sur route et sur gravier a été imaginée selon la philosophie KOG (Kanzo Optimized Geometry) de Ridley. La géométrie est ainsi ajustée pour offrir une maniabilité parfaitement adaptée au type de conduite pour lequel le vélo est conçu. Cette approche se reflète dans certains chiffres clés de la géométrie, comme l’angle du tube de direction et l’abaissement du boîtier de pédalier.
L’angle du tube de direction de 72° se situe entre celui du vélo de route Fenix SLiC (73,5°) et celui du vélo gravel haute performance Kanzo Fast (71,5°). L’abaissement du boîtier de pédalier de 73 mm est inférieur à celui d’un vélo de route, mais pas aussi faible que celui du vélo gravel Kanzo Adventure. De plus, les bases du Grifn sont plus courtes que celles du Kanzo Speed et l’angle du tube de direction ainsi que l’angle du tube de selle du Grifn sont plus prononcés que sur le Kanzo Speed.
Le département R&D de Ridley a veillé à ce que le vélo soit réactif et agile tout en offrant suffisamment de stabilité et de contrôle pour la conduite hors route. Les bases de 420 mm jouent un rôle crucial dans cet aspect de la sensation de conduite.
Le vélo Grifn est disponible en 5 tailles (XS, S, M, L, XL).

Ridley Grifn

Sur les routes de Tenerife, premier essai exclusif

Même si beaucoup de machines Gravel sont annoncées comme utilisables sur la route, en réalité peu d’entre elles s’y montrent vraiment à l’aise. Une question de ressenti, de géométrie et évidemment de masse globale. Mauvais vélo Gravel ou mauvais vélo de route, certaines machines ne sont pas bonnes à rien, elles n’excellent nulle part. Un bilan peu flatteur qui est une réalité, tant certains constructeurs balbutient encore pour trouver la recette miracle.

Et je peux vous le dire tout de suite, Ridley semble avoir coché les bonnes cases. Si mon essai s’est déroulé sur une journée avec 25 km de Gravel le matin et 45 km de route l’après-midi, Tenerife est un terrain idéal pour essayer un nouveau vélo.
Dans les chemins bordant le célèbre Teide, on évolue entre paysage désertique (volcanique) et forêts centenaires. Les pourcentages sont bien là et les chemins sont parfois bien rocailleux.
Le Grifn s’est montré particulièrement à l’aise. Mon vélo d’essai pourtant équipé de pneus de 38mm (plutôt étroits) m’a accompagné avec brio dans chaque difficulté et je n’ai pas eu à mettre le pied à terre une seule fois. Dans les descentes rapides, il absorbe les chocs et reste précis, tandis que dans les montées la rigidité de l’ensemble cadre-roues était honorable. En fait, je n’ai pas eu le regret de ne pas être sur un « vrai » vélo Gravel, puisque le Grifn est un vrai vélo Gravel.
Ridley Grifn
Sitôt l’exercice des chemins validé, c’est sur la route, équipé des mêmes roues mais chaussé de gommes Vittoria de 32mm que le Grifn dévoile son autre comportement.
J’avais des craintes quant au montage de pneus si larges, et au bout de 2 minutes je n’y pense même plus. La sensation est agréable et le pédalage naturel.
À ce propos, la géométrie du Grifn à mi-chemin entre Gravel et endurance est une réussite, d’autant plus que nous partons sur les chapeaux de roues et que je dois m’employer dès les premiers kilomètres de plat qui rejoignent le col qui nous attend.
Dans l’ascension, je prends mon rythme et je n’ai qu’à déplorer les développements du groupe Rival AXS qui ne conviennent pas à un usage routier. Pour le reste, c’est un pur bonheur et arrivé au sommet je n’ai absolument pas à me plaindre du vélo.
C’est d’ailleurs un comble, étant habitué à rouler sur des machines coûtant 3 voire 4 fois plus cher que ce Grifn, j’y trouve pourtant totalement mon compte… Évidemment, il n’est pas le vélo de route le plus tranchant du marché, mais dans l’esprit de se faire plaisir, d’enchainer les kilomètres et de n’être arrêté par absolument aucune route (ou chemin), il a tout bon.
Et je n’imagine même pas avec un train roulant un peu plus performant !
Sur le retour vers notre hôtel, nous augmentons sérieusement l’allure avec de longs bouts droits abordés à 40km/h, me rappelant curieusement les derniers kilomètres d’une classique. Certains journalistes sautent et nous nous retrouvons devant à 3, passant nos relais chacun notre tour. Tous sur le Grifn, et personne n’a trouvé à redire quoi que ce soit.
Preuve en est qu’il est aussi un vrai vélo de route !
Un essai plus détaillé arrivera prochainement ainsi qu’un essai vidéo de ce nouveau Ridley Grifn.
Share This