Ridley Helium SLX Disc

par | Mar 30, 2020 | Les essais

Chez Ridley, l’Helium c’est le vélo des grimpeurs. Le plus léger de la gamme aussi. Avec un nom qui ne laisse planer aucun doute sur ses capacités d’ascension. Pourtant sa dernière version adopte un freinage et un poste de pilotage totalement intégrés qui donnent un air encore plus aérien à cette machine exceptionnelle.

L’Helium se modernise enfin

Avec l’arrivée du freinage disque, Ridley remet au goût du jour une catégorie de vélos qui perdurera toujours. Celle des vélos très légers, aptes à tout faire, confortables et qui excellent dans le rapport masse/rigidité.

Une ligne conservée

En dehors de l’adoption du freinage disque et du nouveau poste de pilotage, le Ridley Helium SLX conserve une ligne qui a fait sa réussite. Un classicisme intemporel qui n’a pas pris une ride. Associé comme sur notre machine d’essai à une peinture vive, le résultat est superbe. Chez Ridley chaque vélo est configurable à la carte tant au niveau de la finition (à découvrir sur le site internet de la marque) que du montage. Des personnalisations qui vous garantissent d’avoir vraiment une machine unique. Et la peinture et le montage sont évidemment réalisés en Belgique, cela va de soi.
On reconnaît donc l’Helium SLX facilement mais pourtant techniquement il ne partage plus grand-chose avec son prédécesseur. Ridley communique sur le fait qu’il a le meilleur rapport masse/rigidité de toute la gamme. Côté poids, on est à 780 grammes pour le cadre et 360 grammes pour la fourche. Très léger en sachant que la plupart des concurrents à freinage disque sont plus lourds !
On apprécie qu’enfin Ridley ait décidé d’intégrer toute la câblerie de l’Helium. Il était temps ! Ce système baptisé F-Steerer fait cheminer les gaines dans la potence puis à côté du pivot de fourche, un peu à la manière du Noah Fast. Le gain esthétique est indéniable. Du côté du freinage à disque, celui-ci a nécessité la mise en place d’un tout nouveau lay-up de carbone qui fait appel à de la fibre Toray 40 et 60T.
Côté pratique le cadre bénéficie d’axes traversants de 12 mm pour serrer les roues et est compatible avec des pneumatiques jusqu’à 28 mm. Vous remarquerez que les tailles XS, M et XL ont des haubans placés bas sur le tube de selle tandis que les autres tailles ont des haubans placés dans le prolongement du tube supérieur. Des tailles, il y en a 6 au total, ce qui situe l’Helium SLX dans la moyenne.

Un montage Di2, mais tout est configurable !

Notre vélo d’essai est équipé du groupe Ultegra Di2. Un super groupe qui fait le travail et offre un fonctionnement irréprochable. D’ailleurs en dehors de quelques centaines de grammes supplémentaires, il ne souffre pas de la comparaison avec son grand frère Dura-Ace. Côté prestige peut-être, car côté fonctionnement c’est vraiment identique au Dura-Ace. Rien d’étonnant lorsqu’on constate le succès de l’Ultegra… Le reste des composants est siglé 4Forza. C’est la marque de composants de Ridley et ils s’adaptent parfaitement à l’Helium SLX. On l’a vu, le poste de pilotage intègre toute la câblerie comme c’est désormais la norme. Bon point, il reste entièrement réglable, puisqu’il s’agit d’un cintre et d’une potence tout ce qu’il y a de plus classique. Comme pour les composants de direction, Ridley équipe la majorité de ses vélos avec des roues Forza. Celles montées sur notre machine d’essai sont les Vardar DB. Avec une masse de 1 490 grammes, associée à un profil de 48 mm, les Vardar devraient se montrer performantes sur le plat. Reste à voir en côte, n’oublions pas que l’Helium SLX est avant tout dédié à la montagne ! Des roues à pneus, équipées des dernières gommes Vittoria Corsa Graphene 2.0.

Dans les cols et sur la route

Évidemment j’emmène tout de suite l’Helium en bosse pour voir comment réagit cette nouvelle version à freinage disque. Car depuis l’arrivée de ce nouveau type de freinage et d’axes traversants, on constate généralement une nette augmentation de la rigidité par rapport aux vélos à freinage classique. Ce qui peut être bénéfique pour certains coursiers très puissants mais moins pour le cyclosportif.
En l’occurrence la précédente version de l’Helium SLX n’était pas un bout de bois et pouvait sembler « souple » pour certains habitués à des machines de plus en plus rigides.
C’est aussi ce qui a fait la force de l’Helium : des capacités énormes dans les ascensions et un confort de premier ordre. A contrario, sur le plat on s’embête un peu…

Mais c’était avant car je sens tout de suite que je suis sur un tout autre vélo. Je suis rassuré, au passage des dos d’âne et autres trous sur la chaussée, je ne suis pas secoué et la maniabilité est toujours là. Ce qui est nouveau, c’est la finesse de comportement qui a toujours fait défaut à la gamme Helium. Comme si on ne savait pas très bien où étaient les roues. Le vélo avançait facilement mais pas finement. Là, c’est chirurgical malgré l’élargissement des gommes et les roues à profil plutôt haut.
J’arrive finalement à vous détailler comment il se comporte en côte ! Le vélo est bien tenu et je ne ressens aucun flottement. Je dirai qu’au train, on peut mettre plus de braquet qu’auparavant, mais c’est surtout en danseuse et en relance qu’il y a du nouveau. C’est simple, on peut désormais appuyer à bloc, mettre tout son poids sur l’avant et rien ne bouge. Le vélo reste facile et répond tout de suite à la moindre sollicitation. Le tout sans se montrer difficile dans les très forts pourcentages ou en cas de moins bien. C’était là le point fort du précédent Helium et c’est toujours le point fort du nouveau modèle : un vélo qui sait pardonner.

Une amélioration du comportement nettement perceptible sur terrain plat, où couplé aux jantes hautes, l’Helium SLX Disc n’a plus rien à craindre. On pouvait avant regretter d’utiliser son Helium lorsque la route était plane (et il le faisait regretter), c’est de l’histoire ancienne.
De l’histoire ancienne aussi le manque de précision ressenti en descente. Avec l’arrivée du freinage disque, le cadre a été sérieusement rigidifié et cela se ressent notamment sur la partie avant. La fourche et la douille de direction permettent de placer le vélo avec précision. Rien à dire sur le freinage, impérial.

Un vélo de montagne au comportement parfait

Quel que soit le terrain, l’Helium SLX est à l’aise. Plus encore qu’auparavant car Ridley a peaufiné le comportement de son cadre qui accepte d’évoluer sur le plat sans regretter l’achat d’un vélo de montagne. Car oui désormais l’Helium SLX sait pratiquement tout faire grâce à l’augmentation notable de sa rigidité, ce qui lui faisait défaut avant, hors ascensions. Et l’arrivée du freinage disque ne fait que renforcer cette polyvalence en assurant une plus grande sécurité et un meilleur contrôle lors des descentes. Bref, une réussite !

Ridley Helium SLX Disc

Fiche technique

Cadre Ridley carbone HM/HR
Fourche Oryx Disc
Groupe Shimano Ultegra Di2
Roues 4Forza Vardar DB
Pneus Vittoria Corsa Graphene 2.0
Cintre 4Forza aluminium
Potence 4Forza aluminium
Tige de selle et selle 4Forza aluminium et selle Selle Italia SLR

Équipement

Tenue Castelli
Chaussures Gaerne
Casque Kask
Lunettes Vuarnet

Tarif & poids

4 999 €
7,4 kg

Share This