En effet, pourquoi en cas d’accident est-il nécessaire d’avoir recours à un avocat spécialisé en réparation du dommage corporel ? Vous allez penser que je prêche pour ma paroisse… mais la réalité est ailleurs. Elle concerne le principe de la réparation intégrale.

Rien que le préjudice mais tout le préjudice

La réponse est simple et nous allons prendre un exemple.

Prenons le cas d’un cycliste renversé par une voiture dont notre cabinet a eu à traiter le dossier. Après avoir rencontré la victime accompagnée de son épouse, celle-ci va m’expliquer que deux ans auparavant, son mari a été violemment percuté par un véhicule roulant à vive allure. Les blessures étaient sérieuses avec notamment des traumatismes de la face, des membres inférieurs et supérieurs qui vont nécessiter de nombreuses interventions chirurgicales avec pose de matériel d’ostéosynthèse, perte de connaissance, longue et douloureuse rééducation…

 

L’assureur du véhicule responsable va désigner un médecin expert, spécialisé en orthopédie, qui va procéder à l’examen de la victime et qui va décider, après plusieurs mois, de consolider celle-ci. L’expert procèdera ensuite à l’évaluation des préjudices corporels permettant ainsi à l’assureur de proposer à la victime une indemnisation définitive. Or, à l’occasion de mon entretien avec la victime et aidé en cela de son épouse, nous allons nous apercevoir avec évidence que celle-ci présente de nombreux troubles neurologiques (fatigabilité, irritabilité, perte de la concentration, troubles de l’humeur, du comportement…). Nous allons en outre constater que ces troubles sont largement compensés par la présence de son épouse.

Rétablir la vérité

Notre cabinet va donc solliciter du tribunal la désignation d’un expert, spécialisé non pas en orthopédie mais en neurologie, en expliquant que l’expert précédemment désigné n’avait pas pris toute la mesure du handicap véritable présenté par la victime.

Le nouvel expert, après un examen attentif de la victime, va conclure à un déficit fonctionnel permanent de 65 % et à la nécessité d’une aide humaine viagère de 3h/jour, alors que le précédent expert avait uniquement conclu à un déficit fonctionnel de 10 % !

De plus, l’expert va estimer que la victime est définitivement inapte à la reprise de quelque activité professionnelle que ce soit. Les conséquences sont très importantes puisque sur le seul plan financier, l’indemnisation proposée à la victime passera de 25 000 à plus d’un million d’euros. Vous comprendrez dès lors pour quelles raisons il est indispensable de faire appel à un avocat spécialisé qui aura su s’entourer d’un réseau de médecins spécialistes et d’ergothérapeutes, qui sauront eux immédiatement prendre la mesure du handicap et évaluer celui-ci comme il se doit.

La réparation du préjudice corporel est devenue au fil du temps une matière très technique et force est de constater que les victimes en tout genre ont trouvé grâce aux yeux du législateur. Cependant, si nous devons nous réjouir de l’attention accordée à ceux qui souffrent, il ne faut pas perdre de vue que la victime demeure souvent le mouton sur lequel la laine est régulièrement tondue…

 

Pascal Consolin, Avocat au Barreau de Marseille –  04 91 13 44 34 – www.burzio-consolin-avocats.fr