Campagnolo Ekar AD

Paolo Colnago s’en est allé

par | Avr 1, 2020 | Actualité

La Famiglia Colnago est en en deuil. Paolino, génial mécanicien et frère du Maestro Ernesto, vient de s’éteindre à son domicile de Cambiago, à quelques mètres du quartier général de la mythique marque au trèfle. Il avait 76 ans.

Il s’appelait Paolo mais tout le monde le surnommait affectueusement Paolino. Frère cadet du grand Ernesto, Paolo Colnago s’est éteint parmi les siens après plusieurs années de maladie. Littéralement brisée par l’émotion, la voix d’Ernesto peine à transmettre toute la peine qui l’étreint aujourd’hui.
« Il était avec moi depuis mes débuts. Il m’accompagnait partout. Sa passion c’était la mécanique. C’était un metteur au point formidable. Gianni Motta et Eddy Merckx ne juraient que par lui. Et Eddy répétait partout que jamais personne n’était parvenu changer une roue en course aussi vite que Paolino. C’était mon frère, mon bon génie. Le compagnon d’une vie. Je ne suis pas triste. Je suis infiniment triste. Il était un autre moi-même.»
Avec la disparition de Paolo Colnago c’est tout un chapitre de l’histoire du cyclisme moderne qui se referme. Passionné d’innovations, spécialiste des technologies avancées, ce mécanicien génial avait deux héros dans sa vie. Son frère Ernesto et son ami Tullio Campagnolo. Deux maitres à penser qui n’hésitaient jamais à échanger avec lui sur leurs projets les plus révolutionnaires. A l’heure de l’uniformisation et de la mondialisation, Paolo était l’un des derniers grands témoins d’une époque révolue. Celle des mécanos capables de tous les prodiges pour monter une paire de roues ultralégères ou pour régler aux petits oignons un dérailleur récalcitrant.

Le monde du cyclisme, dans cette période complètement folle de pandémie mondiale et de confinement paranoïaque, fait aujourd’hui converger ses condoléances et ses regrets vers la mythique cité de Cambiago. Eddy Merckx en tête qui aura été l’un des premiers à appeler Ernesto pour lui faire part de sa peine et de ses regrets.

Share This