Mavic sauvé par Bourrelier Group

par | Juil 22, 2020 | Actualité

Choisi par le tribunal de commerce de Grenoble parmi les 14 repreneurs potentiels, Bourrelier Group va entreprendre de ressusciter la prestigieuse marque de Saint Triviers. Selon les juges du tribunal, le projet présenté apparaît solide et financé sur ses fonds propres par un groupe français autrefois propriétaire de Bricorama. Une bonne nouvelle pour les amateurs de cyclisme qui avaient du mal à faire leur deuil de l’un des plus fameux labels dans le domaine des roues et des jantes.
mavic

Représenté à la barre du tribunal de commerce de Grenoble par ses deux Directeur Généraux, Yoann et Jean-Michel Bourrelier, Bourrelier Group s’est finalement vu choisi pour la reprise de Mavic. Leader historique sur le marché des roues et jantes de vélo, Mavic connaissait depuis plusieurs années déjà de sérieuses difficultés structurelles et financières. Au point de se retrouver placé en redressement judiciaire avec menace de liquidation faute de repreneur.
Cette menace, prise très au sérieux par les personnels et l’intersyndicale, vient heureusement de s’estomper avec l’annonce de la reprise de la marque et de ses ateliers de Saint-Triviers par un groupe familial aux ressources claires et solides. Mavic est aujourd’hui sauvé, son site de production historique préservé mais seulement 105 emplois sur les 250 que comptait la marque seront conservés. Quant au second site de production, situé à Annecy, il n’en est plus question.
Créée en 1889, la marque Mavic était devenue un label internationalement reconnu pour la qualité de ses productions. Essentiellement des jantes, des moyeux et des roues de vélos.
Tardivement venue à la production de vêtements, de casques et de chaussures, la marque avait quelque peu négligé ses fondamentaux à l’heure où justement il fallait pour les marques historiques se recentrer sur leur identité.
Propriété de la marque d’équipement de montagne Salomon, elle-même intégrée au groupe finlandais AMER Sport, Mavic aura connu les mêmes difficultés que sa voisine Time, propriété de Rossignol, l’autre grand groupe d’équipements de montagne. Dans les deux cas il y aura eu un évident déficit de compréhension de la culture maison. Avec les résultats catastrophiques que l’on sait. Le vélo est un monde particulier où les grands concepts mondialistes des élites autoproclamées du marketing international ne peuvent se prévaloir d’une quelconque supériorité intellectuelle. Aux repreneurs de ces deux marques prestigieuses de comprendre qu’il ne suffit pas de décréter pour réussir. La prise en compte de la dimension historique et de l’identité productive est essentielle. Les grands concepts ne servent à rien d’autre qu’à éloigner la marque de ses racines et donc de ses réalités fondatrices.

24-01-2020 Tour Down Under; Tappa 04 Norwood - Murray Bridge; 2020, Ag2r La Mondiale; Bardet, Romain;

Aujourd’hui Bourrelier Group semble à même de redonner sens à la production de Mavic. Probablement en se recentrant sur la production de roues pour vélos de route et VTT. Peut-être aussi en prenant en compte les nouvelles tendances comme le Gravel et le VAE.
Partenaire du Tour de France depuis 40 ans, avec ses fameuses voitures jaunes d’assistance course, fournisseur de nombreux champions, dont Romain Bardet, Mavic peut redevenir Mavic. Une bonne nouvelle pour le cyclisme made in France. D’autant plus enthousiasmante que le repreneur affirme vouloir s’engager sur le long terme. Avec une prise en compte réelle du vécu et des racines de Mavic fondée sur une connaissance du secteur.
Lui-même pratiquant et même compétiteur, Yoann Bourrelier appréhende parfaitement le marché du cycle. Et il sait l’importance de restituer à Mavic sa dimension d’entreprise familiale à forte valeur ajoutée technologique. Une vision claire qui devra naturellement s’appuyer sur un recentrage de la production sur les roues alu et carbone tout en clarifiant l’offre à l’heure où le business de la roue vélo est devenu exponentiel. Les grands acteurs que sont Campagnolo, Shimano, Fulcrum, DT Swiss et autres Lightweight, Roval ou Zipp ne se sont bien évidemment pas arrêtés en chemin pour attendre que Mavic ne remonte en selle…

Share This