Éternelle question. Le héros existe-t-il ? On est tenté de répondre par l’affirmative en citant des champions d’un temps désormais révolu tels que Girardengo, Binda, Koblet, Coppi, Anquetil ou Merckx. J’oublie Gaul et tant d’autres. Les champions cyclistes d’aujourd’hui ne sont pas des héros. Mais de grands sportifs assurément. Des surhommes, toujours, aussi. Si le héros est une race à part, nous en avons retrouvé trace récemment, à Gaiole in Chianti, en Toscane. C’était à l’occasion de l’Eroica, elle porte bien son nom.

La Toscane, le monde du vélo

La Toscane est un point clé dans le cyclisme. Un point central du cyclisme mondial. Ayant vécu près de deux années dans cette région du centre de l’Italie, je ne peux que corroborer et appuyer ces mots. Le nombre d’équipes d’amateurs ou de pros qui ont élu la Toscane pour établir leur ritiro est impressionnant. Les routes superbes de l’arrière-pays de Lucca se prêtent à merveille à la pratique du cyclisme. Des paysages somptueux, une gastronomie de haute volée et une architecture préservée. N’en jetez pas, la Côte d’Azur c’est has been. Visez la Toscane de Leonardo !

L’Eroica

À l’origine simple cyclo entre amis, l’Eroica est aujourd’hui un véritable phénomène de mode. Ou comment revenir aux sources mêmes du plaisir à bicyclette… Exclusivement disputée avec des vélos anciens, elle requiert une implication de chaque participant. En plus du vélo « vintage », il est recommandé d’avoir les vêtements et chaussures qui correspondent à l’époque de la bicyclette.

Les années 60-70 sont ici reines mais on voit pas mal de machines d’avant-guerre, et force est de constater que la majorité des « héros » jouent le jeu. Face à l’ampleur du succès, Giancarlo Brocchi et ses amis organisateurs ont créé plusieurs autres Eroica à travers le monde. Si l’originale de Gaiole in Chianti (celle dont nous avons pris le départ) reste programmée en octobre, à travers le monde et tout au long de l’année pas moins de huit autres Eroica ont ainsi vu le jour. De la Californie en passant par le Japon, la Grande-Bretagne ou l’Afrique du Sud. Et même en Italie, tout près de Gaiole in Chianti, à Montalcino a lieu au printemps une Eroica. Et c’est à chaque fois carton plein avec des milliers de participants !

Un parcours de rêve

Entre vignes (elles servent à produire le fameux chianti) et oliviers, le mythe des Strade Bianche tient toutes ses promesses. Entre Florence et Sienne, à une petite heure de Empoli, les routes de l’Eroica serpentent à travers la campagne toscane. Quelques murs à gravir histoire de forcer un peu, quelques belles descentes et des traversées de villages tous plus beaux les uns que les autres. Le tout agrémenté de multiples ristoro, ces ravitaillements à l’italienne permettant de reprendre des forces mais surtout de goûter à la gastronomie locale. Entre le vin rouge, la charcuterie, les pâtes et le fromage, on termine l’Eroica en ayant pris quelques kilos ! Mais quel plaisir !

Plus qu’une course, une vraie fête !

Si vous ne voyez le plaisir à vélo qu’au travers de la performance, inutile de vous inscrire. Ici on prend le temps. Le temps de pédaler, de s’arrêter faire des photos, d’admirer le paysage et de discuter avec des inconnus. Le temps de profiter des ravitaillements (ah, le boucher Cecchini de Panzano in Chianti et son saucisson-vin rouge !) et de sa bicyclette vintage. Au retour à la maison, vous aurez tant d’histoires à raconter. Mais le mieux est de partir avec ses amis l’année prochaine ! Le partage n’en sera que plus réjouissant…

Renseignements : https://eroica.it/

Share This