La belle histoire du cyclisme Azuréen

par | Sep 17, 2020 | Top bouquin

De René Vietto à Lucien et Apo Lazaridès, de Jean Dotto à Lucien Aimar et Richard Virenque, tous les amateurs de cyclisme connaissent bien la belle histoire du cyclisme azuréen. Ou plutôt « croient » connaître cette histoire en forme de roman picaresque fleurant bon le mimosa et le citron. Car la Côte d’Azur fut de tous temps une terre de cyclisme et donc de champions. Et ce bien avant la seconde guerre mondiale. Le journaliste André Baudin et son complice Julien Camy ont ainsi entrepris de dérouler pour nous l’histoire de ce cyclisme à cheval entre la France et l’Italie. Leur ouvrage « Côte d’Azur, terre de cyclisme » est un formidable kaléidoscope qui nous entraine au cœur de la légende. Entre néo-réalisme et existentialisme avant la lettre, voici une invitation à parcourir les très riches heures d’un cyclisme faisant la part belle aux héros du public que sont les grimpeurs. Place donc à Jean Novo, né en Italie mais devenu niçois, qui sera à jamais le premier grand escaladeur azuréen. Au point de se voir ériger au panthéon des champions d’azur et de gloire aux côtés du Roi René Vietto et de l’Imperatore Alfredo Binda. Cet Alfredo Binda qui choisira finalement l’Italie après avoir débuté sa carrière à Nice. Place surtout à cette mélancolique brochette d’épreuves aujourd’hui disparues. Monaco-Paris, Gênes-Nice, Nice-Mont Agel, Nice-La Turbie, Nice-Mont Chauve, Nice-Toulon-Nice et la doyenne Cannes-Monaco-Cannes. Place enfin à tous ces champions ayant fait de la Côte d’Azur leur terre d’élection. Pour y vivre souvent, pour s’y entrainer surtout. Le plus mythique de tous, le Campionissimo Fausto Coppi y séjournait chaque année plusieurs semaines. Comme son ami Louison Bobet. Comme son successeur au pinacle, Jacques Anquetil. Puis plus récemment, Lance Armstrong, qui fera du col de la Madone sa montée test, Chris Froome, Nairo Quintana ou Philippe Gilbert. Superbement maquetté, bénéficiant d’une iconographie rare, le livre que signent André Baudin et Julien Camy vient magnifier une époque et un territoire. Mettant l’image au service de la légende. Dénouant par l’écriture les liens ténus entre petite et grande histoire. Et redonnant vie avec enthousiasme à des visages oubliés comme Fermo Camellini, Lucien Teisseire, Nello Lauredi ou José Mirando. Le petit José, récemment disparu, qui érigeait en fait d’arme émouvant le fait d’avoir reçu en cadeau, une paire de boyaux de soie que lui avait adressé son idole, Fausto Coppi.
« Côte d’Azur, Terre de Cyclisme » par André Baudin et Julien Camy. Éditions Gilletta. Format album, 150 pages richement illustrées.
Share This