GIRO électrique

par | Juil 22, 2019 | Actualité

Les vélos à assistance électrique avaient déjà leur championnat national, ils ont désormais leur Giro. Ainsi en ont décidé les organisateurs du Giro qui ont proposé parallèlement à leur légendaire épreuve, un Giro E ouvert aux seules bicyclettes motorisées. Contre toute attente, les favoris Pinarello et Bianchi ont dû s’incliner devant l’évidente supériorité des vélos du team E Powers du célèbre Stefano Varjas.

E Powers devant Pinarello

Le poids, une fois encore, aura été le facteur décisif. La supériorité des vélos E Powers était, avant même le départ, basée sur l’incroyable différence de masse entre les différents vélos en lutte pour la victoire dans cette édition inaugurale du Giro E. En moyenne les Pinarello, Bianchi et autres machines présentes sur la ligne de départ rendaient un minimum de 4 à 5 kilos aux bêtes de course élaborées par l’ingénieur Stefano Varjas. Inventeur du fameux vélo furtif, le sorcier hongrois présentait au départ des vélos de série, en vente désormais partout dans le Monde, dotés de superbes cadres carbone réalisés en Italie chez Cipollini. Équipés de son célèbre micromoteur de 240 watts et de roues Fulcrum hyper-performantes, ces vélos ne tiraient de toute évidence pas dans la même c catégorie que leurs adversaires. Plus légers, plus performants, fiables et agressifs, ils se sont imposés aussi bien dans le classement général que dans le classement par points. Une immense victoire pour le petit team hongrois E Powers qui affrontait des géants du secteur. Et l’annonce faite à Stefano Varjas par son gouvernement, tout acquis au cyclisme, de l’ouverture prochaine d’une unité de production à Pécs, la capitale culturelle d’une Hongrie qui accueillera prochainement le départ du Giro. Le vrai cette fois.

Share This