Bannière Probikeshop

Édito Décembre 2019

Éthique et esthétique

par | Déc 19, 2019 | Editos, Magazine

Cycliste et Citoyen ? Pollueur moi non plus…

Le made in France comme le made in Europe pour un cyclisme réellement citoyen, c’est possible ! La preuve chez Victoire, Le Vacon, Cyfac, chez De Rosa, chez Cipollini et bien d’autres encore… Il suffit d’y croire.

Une année se termine. Une saison cycliste se clôture. Une réflexion sociétale s’impose à l’heure où le peloton se réinvente avec l’irruption d’une nouvelle vague enthousiasmante de jeunes champions iconoclastes. A l’heure surtout des nouveaux défis économiques liés à l’externationalisation des productions de vélos, de composants et d’accessoires.

Pour être clair, la France et les pays francophone dans leur ensemble, n’ont jamais connu un marché du cycle aussi prospère. Même si les chiffres peuvent apparaître en trompe l’œil. Notamment lorsque l’on constate avec effarement que près de 50% des ventes sont le fait des vélos à assistance électrique. Dans ce contexte délétère, la part des vélos de course se réduit considérablement. Pas plus de 20% aujourd’hui. Avec une disparité criarde côté vélos haut de gamme, les machines des pros, qui ne représentent pas plus d’un tiers des ventes.
Heureusement le marché évolue favorablement, pour les vélos typés course s’entend, avec la vague Gravel. Toutes les marques désormais ayant pris le virage de ces machines polyvalentes qui permettent tout à la fois de balader dans les sous-bois, de circuler en ville et de grimper les cols. En oubliant les lourds et disgracieux VTT, ces dinosaures d’un temps révolu.

Alors, merveilleux direz-vous ? Pas tout à fait. Car la part des machines made in France ou made in Europe est réduite à la portion congrue. Avec, comme chacun le sait, près de 90% de machines fabriquées en Asie. Ce qui fait pour le moins désordre à l’heure du grand chambardement écolo et citoyen. Longtemps considéré comme l’un des sports nature par excellence, le vélo est sans doute le sport générant la plus forte trace carbone avec les importations de millions de machines venues d’Asie dans des bateaux porte-conteneurs hyper polluants. Importations d’autant plus nuisibles qu’elle ont littéralement torpillé l’industrie européenne autrefois si riche en emplois qualifiés. Des marques ont sombré. D’autres se sont adaptées. Et le marché, a été révolutionné par la vente directe sur le net. Avec Canyon comme leader incontesté. Et des outsiders comme Origine.

Pourquoi en effet continuer d’acheter au prix fort une étiquette sur un vélo n’ayant d’américain, de français ou d’italien que le blason ? Comment ne pas se sentir attiré par une offre internet attractive financièrement, directe et hyper compétitive côté qualité et performance ? Sauf à accepter de se faire rouler dans la farine par des conglomérats internationaux imposant le marketing comme seule règle d’un marché devenu fou.

Il y a l’image me direz-vous. Et après ?
Dans les écoles de commerce on inculque aux jeunes générations le culte du RSE. La Responsabilité Sociale des Entreprises. Un précepte novateur et citoyen qui tend à faire du développement durable une réalité à court terme. Pourquoi les fabricants de vélos négligeraient-ils le nécessaire respect de l’écologie ? Et pourquoi le cycliste acheteur devrait-il se contreficher de la trace carbone de son sport ? Cycliste et citoyen, est-ce possible ?

Une question que l’on peut également poser aux organisateurs d’épreuves cyclistes. À commencer par ASO et le Tour de France qui font régulièrement défiler près de 500 véhicules diesel au plus profond de nos campagnes. Alors que certains se gaussent du nombre d’asthmatiques dans le peloton, il faudrait écouter les coureurs qui se plaignent des rejets émis par les innombrables suiveurs en auto et moto.

Pollueur moi non plus, naturellement.
Des solutions existent pourtant. Côté constructeurs et fabricants en relocalisant tout ou partie de leurs productions. Côtés organisateurs en favorisant l’électrique. Côtés cyclistes en n’oubliant pas qu’un autre choix est toujours possible.
Éthique et Esthétique peuvent aller de pair. Dès cette nouvelle année qui vient.

Share This