Distance 30

par | Jan 7, 2020 | Les essais

Derrière la nouvelle marque Distance, il y a évidemment Victoire.
Victoire qui construit exclusivement des cadres acier, sur-mesure, avec l’évidence du temps de fabrication et des nombreux mois d’attente qui vont avec.
C’est ici que Distance tire son épingle du jeu avec des délais de fabrication réduits, une fabrication du même niveau que les Victoire.
Comment font-ils ? On vous explique ça et on essaye leur vélo de route à freinage disque : le Distance 30.
Voilà le grand retour de l’acier pour tous !

La victoire du fait main !

L’acier, par amour

Pourquoi faire le choix de l’acier à l’orée des années 2020 quand le carbone offre une pléthore de possibilités de formes, d’usages, associé à un poids minime et une fabrication simple ? Un constat que beaucoup de constructeurs ont fait et qui a même écarté l’aluminium des vélos d’entrée de gamme.
Dès lors rien de plus normal de retrouver quasi exclusivement le carbone sur les machines haut de gamme.
C’est à contre-courant de cette pensée unique que les ateliers de Beaumont fabriquent de superbes machines acier. Par amour de ce matériau et par amour du travail bien réalisé. Vous savez, quand la main de l’homme est l’outil premier, celui sans lequel rien ne peut être réalisé…
Lors de notre récente visite dans le Massif Central, le temps semblait s’être arrêté. L’odeur surannée du métal emplissait l’atelier et pourtant tous les vélos créés ici sont une ode à la modernité.

La marque en quelques mots

Pour parler de Distance, difficile de ne pas évoquer Victoire mais retenez que les vélos Distance sont construits au même endroit et par les mêmes personnes que les vélos Victoire. Des machines superlatives dont la construction sur-mesure demande jusqu’à 18 mois de délais. Beaucoup d’attente et un tarif en conséquence car le travail fourni pour chaque cadre se compte en dizaines d’heures.
Ici on ne parle que de trois mois, soit peu ou prou la même chose que lorsqu’on commande le dernier carbone à la mode. Une réduction drastique de délai grâce à un choix de construction en série. Ici pas de sur-mesure, vous avez le choix entre six couleurs et neuf tailles, deux modèles route (à freinage patin ou freinage disque), un modèle endurance et un modèle Gravel.
L’acier Columbus utilisé est le même que celui de certains Victoire et on le répète, la construction par soudobrasure identique.
Le vélo de série construit artisanalement, c’est en quelque sorte cela, Distance !

Un équipement au goût de chacun

Si notre machine d’essai est affichée en Sram Force eTap, sachez qu’outre le kit cadre, trois versions d’équipements sont disponibles avec les groupes Sram Rival, Campagnolo Chorus et enfin notre version « techno » équipée du Sram Force eTap.
De quoi permettre à la plupart des cyclistes de s’offrir les joies d’une machine acier car entre un cadre à 2 490 euros et un montage comme le nôtre à 6 790 euros, il y a de quoi faire ! Surtout lorsqu’on parle de vélo de route à freinage disque…

Sur la route : un vélo de série, vraiment ?

En effet, je peine à le croire ! Et je peux vous dire que le Distance procure le même type de sensations que celles ressenties sur Victoire.
Si vous avez la chance (avec les neuf tailles ça ne devrait pas poser problème) d’avoir une position parfaite, comme c’est ici le cas pour moi, le comportement du cadre est quasi optimal en matière de vélo métallique. On connaît les tubes Columbus Spirit utilisés par de nombreux fabricants de cadres spécialistes de l’acier. C’est assez rigide sans aller vers l’extrême du XCR, qui bride le comportement du vélo. C’est vivant et facile à emmener. Confortable aussi.

Et quand on appuie on ne reste pas sur place comme avec les vieux vélos acier. Le répondant est présent, notamment sur les accélérations courtes, comme des sprints. La réactivité sur ce type d’exercice m’impressionne.
Dans les montées, les roues Mavic Cosmic qui équipent notre vélo ne sont clairement pas les plus adaptées. Elles pénalisent un peu le cadre qui gagnerait à être équipé d’un train à la hauteur de sa réactivité. Rien de rédhibitoire, mais si vous êtes un poids léger comme moi, vous le ressentirez encore plus.
Lors d’un essai avec des Bora One 35 Disc à boyaux, le comportement a explosé sur tous les terrains, ou comment transformer un bon vélo cyclosportif en bombe… De quoi tenir tête à bien des carbone !
Pour en revenir aux montées, le vélo est très docile. Il s’adapte à l’allure qu’on lui impose sans demander trop d’effort. Avec les Mavic, il est à l’aise jusqu’à des pentes de 5-6 %, avec les Campagnolo il n’y a aucune limite.

Sur le plat, l’acier bénéficie d’une inertie naturelle et le Distance se montre particulièrement à l’aise. D’autant plus que sur ce terrain, les roues Mavic sont dans leur élément.
Le confort est à tout instant de premier ordre. On a tendance à oublier cette qualité présente sur toutes les machines acier. Il suffit de quelques mètres pour s’en souvenir, et apprécier.

Le retour du vélo d’artisan, pour tous !

En regardant cette création française et surtout après l’avoir essayée, on ne peut être que conquis. Conquis par sa forme, par la qualité de réalisation, par son comportement et par l’émotion qu’il distille. Car s’il s’agit d’un vélo fabriqué en « série », le ressenti est bel et bien celui d’un vélo artisanal. Le temps d’attente en moins, et l’économie en plus.
Distance permet de retrouver la proximité avec sa machine, comme c’était le cas autrefois. Merci !

Distance 30

%

Plat

%

Montagne

%

Descente

%

Rigidité

%

Nervosité

%

Rendement

  • Plat 80% 80%
  • Montagne 65% 65%
  • Descente 90% 90%
  • Rigidité 75% 75%
  • Nervosité 80% 80%
  • Rendement 75% 75%

Fiche technique

Cadre Acier Columbus Spirit
Fourche Columbus Futura
Groupe Sram Force eTap AXS
Roues Mavic Cosmic Pro Carbon UST Disc
Pneus Mavic Yksion
Cintre Deda aluminium
Potence Deda aluminium
Tige de selle et selle Deda Zero 100 et Selle Fabric

Équipement

Tenue Katusha
Chaussures Gaerne

Tarif

6 790 € (kit cadre à 2 490 euros)

Share This