Bannière Probikeshop

Dilecta Le Blanc

par | Mai 31, 2021 | Vélos de route

Marque mythique pour les connaisseurs, Dilecta renaît depuis 2021 sous l’impulsion d’Eric Vanhaverbeke. Plusieurs modèles 100 % fabriqués en France sont disponibles, dont le Le Blanc. Reprenant la célèbre dénomination de la marque, c’est une machine route-endurance. Le voici à l’essai dans sa célèbre livrée jaune Dilecta !

Dilecta Le Blanc

Le grand retour de Dilecta

Un style inimitable !
« Rien ne ressemble plus à un vélo acier qu’un autre vélo acier. » Absolument pas !
Et le Dilecta Le Blanc en est la meilleure preuve.
Pas une machine de plus qui succombe à la mode néo-rétro, le Le Blanc se veut comme la quintessence de l’élégance et de l’artisanat français.

Un nom pas choisi au hasard puisque Le Blanc est le nom du village où fut fondé Dilecta en 1913.
Vous l’aurez compris, la renaissance de Dilecta ne sort pas du chapeau, la marque jouit d’une histoire et d’une aura centenaires. Lire la renaissance de la marque Dilecta

Dilecta Le Blanc
Dilecta Le Blanc
Dilecta Le Blanc

Un vélo conçu pour les cyclosportifs

Oui.
Dilecta a souhaité (et l’indique clairement) doter son modèle phare d’un comportement parfaitement adapté aux cyclosportifs, mêlant confort, positionnement agréable et réactivité. En effet, on sait bien que l’acheteur type d’un vélo acier dans les années 2020 n’est pas un jeune coureur…

Dilecta Le Blanc

Fabriqué en France

C’est en effet dans les ateliers Cyfac que naissent les Dilecta du renouveau. Un choix assumé par Eric Vanhaverbeke qui souhaitait « le meilleur français » pour sa marque.
La fabrication est entièrement manuelle évidemment.

Le polissage des soudures est un passage obligatoire et très important lors de la fabrication du cadre.
« Cette étape – plus de 4 heures de travail par cadre – permet de supprimer le phénomène de concentration de contrainte. Lorsque le cordon est parfaitement poli, la contrainte se diffuse de façon homogène et le cadre gagne en solidité et en efficacité. »

Une fois soudé, le cadre passe dans un bain de cataphorèse durant 3 heures pour prévenir de la corrosion.
Le passage dans le bain permet de recouvrir chaque infime partie du cadre tout en permettant une bonne accroche de la couche de primaire avant la peinture.
À propos de peinture, Dilecta propose 16 couleurs (dont le fameux Jaune Dilecta bouton d’or). Il est possible de voir chaque teinte sur le configurateur du site de la marque.
La finition est magnifique, la peinture ne souffre d’aucun défaut et le soin apporté aux détails est largement au niveau d’un Cinelli ou d’un Victoire, références en la matière.
Dilecta annonce que pas moins de 20 heures sont nécessaires à la fabrication de chaque cadre. À mettre en rapport avec la fabrication d’un cadre carbone…
Dilecta Le Blanc
Côté tubes, Dilecta a choisi un partenariat avec Columbus. C’est donc des tubes Spirit HSS qui prennent place sur le Dilecta Le Blanc. Des tubes soudobrasés, sans aucun raccord.
Vous aurez remarqué le collier de serrage de tige de selle intégré (une merveille de finition), et les sublimes pattes spécifiques pour Dilecta.
Dans un souci d’esthétisme, la câblerie est intégrée. L’entrée des gaines qui s’effectue sur la douille de direction est d’ailleurs fort impressionnante.
Dilecta annonce une compatibilité avec des pneumatiques jusqu’à 30 mm grâce à la fourche Columbus Futura SLX Disc.
Il est possible d’obtenir un cadre Dilecta Le Blanc en freinage patins, sur commande.
Je vous parlais des 16 couleurs disponibles à la commande, il est évidemment possible (pour 300 euros supplémentaires) d’obtenir une couleur sur-mesure.
En parlant de tarif, notre machine d’essai s’affiche à moins de 6 000 euros et le kit-cadre est proposé à 2 500 euros. Un tarif très compétitif pour une fabrication 100 % française !
Dilecta Le Blanc

Campagnolo Chorus et Shamal Carbon : combo gagnant !

Évidemment la marque française propose un large choix de montages et il sera possible d’obtenir un vélo qui vous correspond à 100 % (de l’Ultegra au Super Record). Notre vélo d’essai correspond très bien à l’idée que l’on se fait du vélo plaisir idéal.

Le groupe Campagnolo Chorus Disc a toute sa place, tant esthétiquement que techniquement, par ses 12 vitesses et sa très large gamme de développement, ses matériaux haut de gamme, son style et son ergonomie. En effet, il est possible d’opter pour un combo de plateaux de 32/48 et une cassette 11-34. De quoi grimper aux arbres !
Les composants sont choisis chez Deda, avec un cintre, une potence et une tige de selle de la gamme SuperZero. Rien à dire, les composants Deda sont très sérieux et contribuent à préserver la masse du vélo.
Les roues Campagnolo Shamal carbone complètent cet équipement de qualité, sans trop grever le budget. Des roues très sérieuses dotées d’une jante élargie pour un usage mixte Gravel/endurance. On troquera par contre leurs pneus Hutchinson par des Veloflex qui offriront bien plus de style et de sensation au roulage !
Dilecta Le Blanc
Dilecta Le Blanc

Sur la route

La géométrie droite et l’avant très réactif me rappellent tout de suite le comportement des vélos italiens, Colnago en tête. Le Dilecta est indéniablement de cette trempe : réactif et sûr en descente.

À allure paisible, le confort de roulage est très important. La position est agréable et ne tombe pas dans le délire de certaines machines endurance qui sont plus proches du facteur que de l’endurance même. Dilecta a choisi de conserver une vraie position sportive, ce que j’apprécie.
L’avant du vélo filtre et absorbe les gros chocs malgré la douille de direction surdimensionnée. À l’arrière même commentaire, la filtration des vibrations est de haut niveau tout en conciliant une très bonne rigidité.
En parlant de rigidité, le Le Blanc n’en manque pas. Les tubes Columbus Spirit ne sont pas étrangers à ce ressenti. Assez fins (jusqu’à 4/10e de millimètre d’épaisseur), ils profitent d’un diamètre important qui leur confère une très bonne tenue sous charge. L’élasticité de l’acier fait des merveilles dans les relances en côte, comme souvent.
C’est à mon avis sur ce terrain que l’acier prend le dessus sur le titane qui se révèle soit bien plus mou, soit bien plus dur.
Les longues ascensions sont un régal si on ne cherche pas à se battre contre le vélo. En effet, il ne faut pas prendre le Dilecta pour ce qu’il n’est pas : une pure machine de course. On ressentira alors les 1 700 grammes du cadre, en comparaison avec un carbone de haut niveau.
En comparaison directe avec les machines carbone endurance, c’est bien à l’avantage du Dilecta qui se révèle plus facile quelle que soit l’allure, tout aussi confortable et plus agréable en relance.
Je l’ai écrit un peu plus haut, les descentes restent l’apanage des vélos acier. Outre la filtration des vibrations qui permet de bénéficier d’un pilotage propre, dénué de toute distraction, l’avant du vélo se montre directeur tandis que l’arrière enroule. On retrouve là les caractéristiques d’un vélo de course, avec une facilité de prise en main surprenante.
Dilecta Le Blanc

Une réussite

Dilecta signe là son grand retour en proposant non pas un vélo acier de plus, mais une machine convaincante, belle et attachante.
Développée et imaginée pour les cyclosportifs, c’est une pure machine dédiée au plaisir et à la pratique sur longue distance. Facile à prendre en main, ce Dilecta est d’emblée une référence pour qui souhaite un beau vélo confortable, réactif et durable.

Dilecta Le Blanc

Dilecta Le Blanc

Fiche technique

Cadre Dilecta, acier Columbus Spirit HSS 4/10e
Fourche Columbus Futura Disc SLX
Groupe Campagnolo Chorus 12v Disc
Roues Campagnolo Shamal Carbon
Pneus Hutchinson Tubeless 28 mm
Cintre Deda SuperZero
Potence Deda SuperZero
Tige de selle et selle Deda Elementi et Selle Selle Italia SLR Carbonio Flow

Équipement

Tenue Combinaison Campagnolo
Chaussures Ekoï
Casque Ekoï
Lunettes Vuarnet

Tarif & poids

5 990 euros (kit cadre à 2 490 euros)
8,4 kg

Share This