Chez Corima, on a depuis toujours le choix entre différentes hauteurs de jante. Depuis quelques années on peut aussi choisir son type de moyeu, aluminium ou carbone. L’ex « aéro » devenue « 47mm » se positionne comme la roue de prédilection des cyclistes exigeants pour qui la performance est une priorité. Elle combine aérodynamisme, légèreté et rigidité. Et bien qu’existant maintenant en pneu WS, sa version boyau à jante étroite a encore ses adeptes.

Pour tous les goûts

C’est bien ce qui vient à l’esprit en regardant la gamme de roues du constructeur français.

Passé maître dans l’art de la construction de jantes en carbone, Corima propose désormais des roues à pneus, à boyaux, à profil moyen, haut, très haut et à freinage classique ou à disques. Le profil bas (ex Winnium) a été abandonné il y a quelques années, il représentait une trop faible part de marché. Si au début on achetait une roue Corima pour son tarif accessible, c’est moins vrai aujourd’hui. Notre paire de 47mm S+ tutoie les 1 900 euros. Si la marque continue à commercialiser des roues autours de 1 000 euros, on peut constater que les tarifs se sont envolés ces dernières années. Sponsoring oblige, mais c’est aussi le prix à payer pour profiter de roues fabriquées à 100 % en France. Et à ce niveau, tout le monde ne peut pas en dire autant !

Corima maîtrise la fabrication de ses jantes de A à Z. Le procédé est toujours le même, les jantes intègrent une structure interne en mousse autour de laquelle le carbone est moulé. Cela garantit une rigidité sans faille et donne un toucher de route typique. Ça filtre bien les vibrations, on a le sentiment de rouler sur un coussin d’air, surtout en boyaux. Notre version est équipée d’une jante étroite de 22,6 mm de large, idéale pour des boyaux de 23 à 25 mm. Ces roues étant plutôt destinées à des coursiers, ils n’ont pas d’intérêt à monter sur des sections supérieures. Eh oui, même en 2018 certains restent fidèles aux traditions…

Le rayonnage (Sapim CX-Ray) est spécifique à la marque avec pour la roue avant le système baptisé « R2 ». Il consiste à placer les rayons par groupes de deux sur la roue. À l’arrière c’est différent puisque les rayons côté cassette sont croisés trois fois et les rayons opposés sont radiaux. De quoi donner une allure très spécifique à n’importe quelle paire de roues. Et comme vous allez le voir ci-dessous, ce montage se montre particulièrement efficace… Quelques mots sur les moyeux carbone S+. Leur corps est en carbone moulé, l’axe de diamètre de 17 mm est en titane et aluminium tandis que les roulements sont annulaires et la couronne du corps de cassette comporte 30 dents. À l’usage, la réactivité se fait tout de suite sentir.

La finition a progressé et il est désormais possible de choisir la couleur des autocollants pour les assortir avec votre vélo. Il reste néanmoins encore du chemin, ces autocollants ont toujours la mauvaise habitude de vouloir se décoller. À quand une autre solution ?

Sur la route

Autant le dire tout de suite, en tant qu’ancien coursier je suis comblé par cette paire de roues.

Dans cette version à boyaux et malgré leur profil haut, le confort n’est pas oublié. Il faudra quand même veiller à ne pas surgonfler (ce qui pourrait être tentant, surtout en boyaux). Équipées en Tufo de 25 mm, la filtration des vibrations en provenance de la chaussée est tout à fait convenable. Si à faible allure il faut à peine pédaler pour faire avancer la machine, c’est bien à partir de 38-40 km/h que les Corima 47mm se révèlent. Elles dévoilent toute l’étendue de leur potentiel. Tirer des longs bouts droits avec du braquet, elles adorent. Et si vous n’êtes pas capable de le faire, sachez qu’elles ne vous pénaliseront pas en montagne. D’abord elles sont légères avec tout juste 1 250 grammes sur la balance, et ensuite elles sont rigides. Leur jante haute ne fait que donner plus d’inertie, ce qui procure le sentiment de se faire aider.

Le freinage a bien évolué avec l’adoption des patins Corima de deuxième génération. Toujours en liège, ils ont adopté une nouvelle formule qui leur permet de ne plus se gorger d’eau en cas de sortie sous la pluie, ou de bien mieux résister aux hautes températures. L’odeur de brulé caractéristique a presque disparu, tout comme les traces rouges sur la piste de freinage. Pour revenir aux ascensions, c’est bien sur ce terrain que les Corima sont surprenantes. Elles m’ont bluffé et font partie des rares roues à haut profil qui savent aussi grimper sans réclamer de leur utilisateur une forme olympique.

Tranchantes, rigides et légères !

Si l’usage de roues à haut profil ne vous rebute pas (en cas de vent latéral), vous ne serez certainement pas déçu par ces Corima. Très rapides, elles se permettent même de donner des leçons à des roues plus basses en montagne. Utilisables sur tous types de terrains, elles se destinent évidemment aux cyclistes qui roulent vite et qui sauront en tirer le maximum.

Poids : 1 250 grammes – Largeur jante : 22,6 mm – Hauteur jante : 47 mm – Moyeux : Carbone, roulements à cartouche étanche – 18 rayons AV et 20 rayons AR (Sapim CX-Ray) – Tarif : 1 849 euros la paire

www.corima.fr