Liv Avail Advanced

Liv Avail Advanced

L’Avail c’est le vélo dédié à l’endurance et au confort chez Liv. Spécifiquement étudié pour les femmes, nous avons essayé ce vélo en exclusivité !

La marque féminine Liv dévoile son nouvel Avail Advanced !

À propos de Liv

Liv est la seule marque de cyclisme complète au monde exclusivement dédiée aux femmes. Fondée en 2008 par Bonnie Tu, membre de la direction de Giant, au sein du groupe Giant, Liv crée des vélos et des équipements innovants pour s’adapter au plus haut niveau. Liv vise à responsabiliser toutes les cavalières, des débutantes aux pros. Avec une équipe mondiale de détaillants, d’athlètes et d’événements, ainsi qu’une présence en ligne croissante axée sur les habiletés de conduite, l’entretien du vélo, la nutrition, les voyages et autres expériences, Liv s’efforce de soutenir la communauté et d’être la principale ressource des femmes cyclistes du monde entier.

Endurance, contrôle et confort

Conçue selon la philosophie de conception 3F de Liv, la gamme Avail Advanced comprend un cadre et une fourche en composite OverDrive 2 qui offrent une rigidité de pédalage sans précédent dans la gamme Avail. Et un cadre exceptionnellement léger. Le processus de conception de Liv 3F inclut des milliers de points de données sur l’anatomie des femmes, les variations de dimensionnement, l’énergie musculaire. C’est aussi la combinaison des économies de poids et des freins à disques pour une bonne manipulation et un meilleur contrôle, quelles que soient les conditions météorologiques et la route. Une manipulation précise et prévisible offre la facilité physique et la tranquillité d’esprit nécessaires pour supporter de longues sorties. Avec tous les vélos Liv, les données sont utilisées pour concevoir le cadre et tirer le meilleur parti de la force des femmes, offrant ainsi une conduite plus équilibrée, efficace et puissante.

L’Avail Advanced a été étudié avec une géométrie endurance, offrant une position de conduite plus redressée pour un confort amélioré lors de longues sorties. L’une des fonctionnalités appréciées du cadre Avail Advanced est une conception de routage de câbles intégrée et élégante ainsi qu’une compatibilité RideSense qui permet au vélo de transmettre des données de vitesse et de cadence à n’importe quel périphérique ANT + ou Bluetooth.

Confort exceptionnel

La tige de selle D-Fuse SL est spécialement étudiée pour réduire les vibrations de la route afin de rendre les longues journées en selle moins fatigantes, tandis que la compatibilité avec les dimensions plus larges des pneus offre la possibilité de rouler sur les chemins tout en gagnant encore en confort.

En route

Sur la route le confort prédomine. Je me sens parfaitement posée et j’apprécie le confort du changement de vitesse du nouveau groupe Sram eTap AXS. Les périphériques sont bien étudiés et la selle ne me fait pas mal aux fesses.
Mention très bien au cintre, enfin un composant à l’ergonomie parfaite ! Il est curieux de constater que sur de nombreux vélos de femme les cintres sont les mêmes que sur les vélos homme ! Ça n’est pas le cas ici.

Les pneus de 32 mm ne pénalisent pas – à mon sens- le rendement, au contraire. Associés aux freins à disques ils rendent le pilotage de l’Avail plus sûr, et en côte le poids léger du vélo fait le reste. La rigidité n’est pas castratrice, mais elle est bien présente en cas de besoin.
Une vraie surprise, Liv propose un vélo hyper confortable qui avance bien. On prend un grand plaisir à ses commandes !

L’Avail Advanced sera disponible début septembre, les tarifs seront communiqués à cette date.

Photos – ©DamienRosso

Basalt Wheels CXC30

Basalt Wheels CXC30

Vous le savez certainement si vous nous suivez régulièrement, Top Vélo aime mettre en avant les artisans français qui excellent dans la création de produits destinés à notre pratique favorite : le cyclisme. Proche de Montpellier, la marque Basalt Wheels est avant tout l’œuvre d’un passionné en la personne de Benjamin Ruelloux. C’est Benjamin en personne qui a monté la paire que nous avons à l’essai. Des roues utilisables à la fois sur route et en cross/gravel…

Le profil bas à l’honneur

La roue artisanale, un art à la française

Le nombre de fabricant français de roues artisanales a explosé, il faut le dire. Car dans le monde de la bicyclette, l’arrivée de la roue toute montée industrielle est assez récente. Au début des années 90, soit 30 ans. Et si les artisans étaient dans le creux de la vague à l’orée des années 2000, ils sont désormais de plus en plus nombreux, surtout en France !

Un montage très soigné

À mille lieues des roues de grande série, Benjamin a soigné le montage de nos roues. Et comme chez Basalt Wheels le montage est exclusivement réalisé à la carte, la possibilité de personnaliser ses roues est infinie.
Sur ces CX30 la jante carbone est haute de 30 mm et large de 25 mm. Nous avons choisi une jante à boyau pour le gain de poids et notre nette préférence pour ce pneumatique. Benjamen a assemblé le tout avec des moyeux DT Swiss personnalisés par ses soins et des rayons Sapim CX Ray tendus à 100 kg à l’avant côté disque et 120 kg pour la roue arrière. De quoi imaginer la résistance de la jante… Une jante asiatique fabriqué spécialement pour Basalt Wheels en carbone T700.
Et concernant le type de freinage, nous souhaitions une paire de roues à disque, mais si vous êtes à patins vous trouverez aussi votre bonheur.

Sur la route

Chaussées de sublimes boyaux FMB 27 mm Roubaix fabriqués en France qui ont été collé avec très grand soin, je pars fier de moi (surtout de mon train roulant) pour cet essai.
Le couple roues/boyaux est irrésistible. J’entends par là que le vélo devient très souple dans ses réactions. Un pédalage tout en douceur qui est évidemment un plus côté confort.
Attention, j’écris souple dans ses réactions, pas que les roues sont souples. C’est même le contraire, je sens tout de suite qu’elles sont très rigides, malgré leur jante basse.
Les CX30 sont compatibles avec un usage cross/gravel et route. Ce qui signifie qu’elles sont aptes à recevoir les pires traitements que ce soit la pluie, la boue mais aussi les chocs.
Avec moins de 1300 grammes ces roues sont assez légères pour des roues à freinage disque. Et cela se ressent dans les montées. Évidemment les boyaux larges pénalisent un peu les sensations à ce niveau, mais leurs qualités sont autre part !
En acceptant cela (sinon on peut changer les boyaux pour des 25 mm) ça ne pose pas de réel problème. Il suffit d’adapter son pédalage en conséquence. Pédaler plus en cadence permet de ne pas tordre les boyaux. Les longues montées de col se feront ainsi avec une moindre fatigue.
Sur le plat les CX30 se montrent excellentes, surtout quand la route est en mauvais état. On survole la chaussée et en cas de vent latéral on ne se fait pas peur. Le profil de 30 mm m’a convaincu car, associé à la jante large de 25 mm l’aérodynamisme se montre largement suffisant pour rouler à 35 km/h.

Et le confort dans tout ça ?

L’association d’une jante au profil assez bas et large et de boyaux larges et souples de 27 mm a une incidence non négligeable sur le confort qui est royal. De quoi améliorer n’importe quelle machine sur ce plan…

Confortables et hyper sécurisantes

On peut aussi ajouter à l’aise sur tous les parcours. Car malgré leur profil bas, ces Basalt font preuve de bonne volonté sur terrain plat grâce à leur jante large qui est aérodynamique. Utilisables pas seulement sur parcours accidentés ou montagneux, les CXC30 dévoilent un beau potentiel de facilité et de confort associé à une fiabilité au diapason. Excellentes !

Basalt Wheels CXC30

Fiche technique

Hauteur Jante : 30 mm
Largeur jante : Externe 25 mm
Moyeux : DT Swiss
Rayons : Sapim CX Ray

Poids 1295 grammes
Tarif 1195 € la paire

Cyclik Route

Cyclik Route

Peu de machines peuvent se valoir de passionner le public comme les vélos en Bambou. Et le Cyclik est un beau représentant de cette race. Construit manuellement et artisanalement à Lyon, il se peut bien que ce vélo vous donne envie de passer à autre chose ! Avez-vous déjà gouté à l’autre monde ?

Le bambou qui vend du rêve

Un cadre à la fabrication incroyable !

Ses matériaux proviennent de divers endroits, tous situés sur le territoire français. Du Bambou de la bambouseraie d’Anduze, au lin de Normandie et des pièces métalliques de Haute-Savoie, on peut vraiment qualifier le vélo Cyclik de « made in France ».
Un cadre en Bambou dont les principales caractéristiques affichées et recherchées sont le confort, la facilité d’usage et la durabilité.
Fabriqué artisanalement et sur-mesure, le cadre est constitué de tubes de Bambou reliés entre eux par des raccords métalliques et de la fibre de lin. Un peu comme les cadres en carbones « stratifiés ». Cette technique a l’avantage d’offrir plus de flexibilité dans la fabrication d’un cadre réellement sur-mesure et offre une durabilité irréprochable. Enfin le rendement et tout particulièrement le confort est étudié pour être de premier plan.
Côté écologie, évidemment on conserve l’usage de produits chimiques, notamment dans la résine pour la fibre de lin, mais le Cyclic se montre bien plus écolo qu’aucun autre vélo.
Et si vous êtes intéressés, sachez qu’une visite dans les ateliers de la marque est possible !

Un équipement sur-mesure

On envisage l’achat d’un tel vélo par la passion mais aussi pour des raisons écologiques. Évidemment la fabrication d’un cadre de vélo en bambou requiert des produits chimiques, mais la trace carbone est bien inférieure à tous les vélos fabriqués en Asie.
Alors on peut imaginer faire la même chose pour l’équipement. Notre vélo d’essai qui est équipé d’un groupe Shimano Ultegra n’est pas le meilleur exemple, mais pour contenir le tarif on peut imaginer un groupe Campagnolo Potenza fabriqué en Italie tout en gardant les roues Asterion qui font preuve d’un rendement exceptionnel. Même chose pour les composants, on imagine très bien du Deda ou du Tune, le tout avec des pédales Time, fabriquées en France. Il y a de quoi se monter un superbe vélo, avec bon goût.

On oublie un peu le temps à ses commandes pour se concentrer sur l’essentiel. La beauté du paysage, l’efficacité de son coup de pédale… Penser à soi fait beaucoup de bien et le Cyclik vous y aidera grandement.

Un comportement unique au monde

Soyons clair, enfourcher le Cyclik offre une expérience unique au monde, que vous ne retrouverez nulle part ailleurs, sauf peut-être sur un autre vélo en bambou. Cela étant posé, il ne faut pas s’attendre à utiliser ce vélo comme une machine normale en carbone. Ou plutôt ne pas lui demander les mêmes choses. Si le confort est bien supérieur à toutes les machines de la production actuelle, le rendement (rapport rigidité/poids) ne peut faire de miracle. En roulant tranquillement ça ne pose aucun problème, mais si vous êtes un compétiteur passez votre chemin. Pour apprécier ce vélo, une seule recette : rouler tranquillement et profiter !
C’est bien sur terrain plat que le Cyclic se révèle le mieux. Confortable et doté d’une bonne inertie, il avale les kilomètres sans peine et vous emmène loin, histoire d’un rien de temps. En fait on oublie un peu le temps à ses commandes pour se concentrer sur l’essentiel. La beauté du paysage, l’efficacité de son coup de pédale… Penser à soi fait beaucoup de bien et le Cyclik vous y aidera grandement.

À contrario c’est lorsque la route s’élève que cela devient plus difficile. J’entends par là qu’il ne faut pas compter uniquement le vélo pour vous aider. Le cadre un peu lourd se montre en effet trop inerte. Alors il faut prendre son temps et ne pas le brutaliser, en gardant une bonne cadence de pédalage. Prendre le temps d’apprécier la montée.
En procédant ainsi tout se passe très bien !
Le sentiment de sécurité dans les descentes m’a bluffé. Le freinage est impérial, comme la tenue de cap. Ça ne bouge pas et le cadre autorise des trajectoires au cordeau. Au contraire des montées, lorsque ça descend on peut attaquer !

Un pur vélo passion

Acheter un vélo en Bambou pourquoi faire ? C’est un peu la question que je me suis posé en regardant ce vélo, la toute première fois.
La construction est compliquée, chère et le cadre est deux fois plus lourd qu’un homologue en carbone.
Alors, pour la beauté du geste ? Oui mais pas seulement. Car sur le plan du confort le Bambou se montre impérial. Ensuite côté durabilité il y a fort à parier que votre cadre en Bambou vive encore de longues années après votre carbone. Et puis le bois c’est indémodable. Et puis le nombre de curieux qui m’ont interpellé durant mes essais m’a impressionné tout autant qu’eux par le Cyclik.
Au final je l’aime bien ce vélo, et je l’imagine bien dans mon garage (ou mon salon) en complément de mes autres machines. Juste pour le plaisir… Ou au cas où j’envisagerai de partir faire un tour du monde !

Cyclik Route

%

Plat

%

Montagne

%

Descente

%

Rigidité

%

Nervosité

%

Rendement

  • Plat 70% 70%
  • Montagne 30% 30%
  • Descente 80% 80%
  • Rigidité 30% 30%
  • Nervosité 60% 60%
  • Rendement 50% 50%

Fiche technique

Cadre Bambou et fibres de lin
Fourche Ritchey carbone
Groupe Shimano Ultegra
Roues Asterion

Vêtements et accessoires

Combinaison Nalini
Casque Ekoï Légende
Lunettes Ekoï

Poids 8,9 kg
Tarif 5 750 €

Les vêtements de l’été 2019

Les vêtements de l’été 2019

Les vêtements de l’été 2019

La sélection Top Vélo

Alé

La marque italienne a su s’imposer comme une référence en quelques années. Marque partenaire de l’équipe de France on se doute que la qualité est au rendez-vous, surtout en ayant connaissance de la fabrication italienne. Ces derniers temps Ale ajoute une nouvelle corde à son arc en créant des tenues fleuries et vintage. On adore !

Tenue maillot MC R-EV1 & cuissard R EV1 Fusion HD

Une tenue de pro, au top de la technique !
Un maillot à la coupe ultra sportive et à la matière digne d’une combinaison de chrono. Il reste assez confortable pour un usage courant, mais son domaine c’est la performance.
Le cuissard est construit dans une matière alvéolée qui permet de garder de petits points d’air au contact de la peau et ainsi préserver la fraicheur et éliminer l’humidité. Les bretelles sont taillées dans de larges bandes élastiques, très confortables et la peau à l’épaisseur parfaite autorisera des sorties sur très longue distance. Une tenue à s’offrir pour qui recherche le top !

Maillot: 125,90 € – Cuissard : 191,50 €

Maillot Classic Vintage

Un maillot très classique et élégant. Sa coupe est moins sportive que le reste de la gamme ce qui lui permettra d’être utilisé par tout le monde. Attention, derrière son design classique et vintage on retrouve une matière tout à fait actuelle. Donc vous pouvez y aller, même en cas de forte chaleur !

Maillot : 96,20 €

Tenue Maillot PRR Sartana & Cuissard PRR Strada

Une tenue de gamme moyenne qui bénéficie de performances haut de gamme. On s’en rend compte tout de suite car la coupe est la même que celle du top de gamme R EV1. Le maillot PRR est très aéré et se montrera particulièrement à l’aise lors des ascensions de cols. On a adoré les bretelles du cuissard PRR qui se montrent encore plus confortables que celles du R EV1. Alors ou se situe la différence ? Sur la matière, qui n’est pas alvéolée mais plus classique, lisse. Une super tenue !

Maillot : 95,90 € – Cuissard : 98,60 €

Tenue Maillot Sartana jaune/noir fluo & Cuissard sans bretelles LL Solid Classico

Qu’il est beau ce maillot Sartana à fleurs ! Marie l’adore et les garçons de la rédaction aussi. Sur la terrasse du café à la Grande Motte, tout le monde n’a d’yeux que pour lui. Super aéré c’est une pièce idéale pour l’été. Les élastiques de maintien sont en tissu et ne compriment pas la peau, le col est doublé pour plus de confort et la coupe est parfaite.
Un maillot qui s’associe parfaitement avec le cuissard sans bretelles Solid Classico. Un cuissard très léger qui bénéficie d’une peau douce et assez fine. Très confortable, ses élastiques en tissu ne collent pas à la peau.

Maillot : 94,90 € – Cuissard : 69 €

Tenue Maillot Solid Ergo & Cuissard R EV1 Future

Plus classique, le maillot Solid Ergo se montre confortable mais moins aéré que le Sartana. On apprécie la douceur de son tissu et le classicisme de sa coupe, un peu moins sportive.
Nous l’avons associé au cuissard à bretelles R EV1 Future. Un cuissard fantastique, construit dans une matière hyper aérée et matelassée qui permet de créer de petites poches d’air qui gardent le corps au sec et au frais. La peau est légèrement plus épaisse et confortable que celle du cuissard Solid Classico. Rien en vous empêche de mixer ces deux tenues !

Maillot : 74,20 € – Cuissard : 151,50 €

Ekoï

La marque française n’est plus à présenter tant elle est omniprésente dans le peloton professionnel et amateur par ses lunettes et casques. Crée par Jean-Christophe Rattel il y a quelques années, Ekoï a su s’imposer comme un acteur incontournable du textile pour le cyclisme, quelle que soit la pratique en adoptant une proximité avec le pratiquant que personne n’arrive à imiter.

Tenue Stripe

Très haut de gamme cette tenue marque l’ascension d’Ekoï vers les hautes sphères de la qualité. On ne se trompe pas, l’ensemble Stripe est dédié à la performance avec une coupe très proche du corps. Cependant comme la matière est extensible (tissu italien), le confort est royal et même les moins affutés pourront la porter.
Côté cuissard la peau est un modèle haut de gamme qui intègre du gel et les élastiques sont larges et ne compriment pas trop, ce qui est appréciable. De plus ils sont micro perforés ce qui ajoute à la respirabilité de la tenue qui est parmi les meilleures du marché !

Maillot : 89,99 € – Cuissard : 109,99 €

Tenue Just for her

La tenue spécifique à l’anatomie féminine. Marie notre modèle qui pratique assidument a adoré le cuissard sans bretelles et la coupe du maillot. La peau est spécifique et la respirabilité de très bon niveau (sans atteindre cependant celle de la tenue Stripe homme).
Bon plan, le tarif baisse si vous achetez la tenue complète !

Maillot : 69,99 € – Cuissard : 79,99 € (tenue complète à 112,49 €)

Tenue Fight

Quasiment la même tenue que la Stripe, tout aussi haut de gamme et performante avec une variante au niveau du design. Une tenue de guerrier comme définit par la marque. On veut bien le croire !

Maillot : 89,99 € – Cuissard : 109,99 €

Endura

La marque anglaise est spécialiste des tenues techniques au dessin classique. Des vêtements qui ne crient pas leur technologie mais qui sont très agréables à porter. Les connaisseurs savent…

Tenue homme et femme Pro SL II

Chez Endura on apporte une grande attention aux petits détails. Que ce soit pour la tenue homme ou du côté de la tenue femme, la coupe est, dans les deux cas, parfaite. Nos deux modèles Marie et Patrick n’ont pas été avare sur cela.
Les maillots sont légers, aérés et très confortables tandis les cuissards sont des véritables pièces d’exception. Il faut savoir qu’outre le choix naturel de tailles, Endura propose un choix de taille (trois) pour la peau. Ainsi suivant votre morphologie vous pouvez mixer une petite taille de cuissard et une grande taille de peau. Magique ! Encore faut-il que votre détaillant suive…
Sur le cuissard femme on ne peut passer à côté de la fermeture zip sur l’arrière du cuissard qui permet de s’arrêter pour satisfaire un besoin naturel. Certainement l’une des meilleure tenue pour la pratique du cyclisme, merci Endura.

Maillot Pro SL II : 84,99 € – Cuissard Pro SL II : 139,99 €

Katusha

Très haute technicité, le style en prime. Katusha fait figure de nouveau-venu dans le monde des vêtements de cyclisme, pourtant la marque n’a pas peur de se frotter aux plus anciens et prestigieux fabricants car la qualité est son maître mot.

Tenue Superlight

Comme son nom l’indique la tenue Superlight est légère. Très légère et très aérée. C’est certainement l’une des plus respirante de notre sélection de tenues été. Les fortes chaleurs ne sont pas une crainte
Le maillot bénéficie d’une coupe sportive ajustée, mais sa matière élastique permet même aux moins affutés d’être à l’aise, rassurez-vous ! L’absence d’élastique au niveau des manches est un vrai plus en matière de confort, supprimant cette compression parfois collante et désagréable.
Côté cuissard, Katusha parle aussi d’une construction super légère. Et avec 149 grammes vérifiés en taille XS (contre environ 200 chez les concurrents), on ne peut qu’acquiescer, surtout lorsqu’on prend en compte qu’il intègre des bandes réfléchissantes !
La construction est simplement parfaite et le confort ressenti est identique. Rien à redire, c’est comme ça doit être. On rêve que tous les cuissards soient comme celui-ci…

Maillot : 140 € – Cuissard : 180 € – Casquette : 25 € – Chaussettes 90 Degrees : 22 €

LeBRAM

La marque française vise une clientèle jeune avec des vêtements qualitatifs aux dessins tendance. Crée par des passionnés pratiquants LeBRAM permet de rouler stylé, différent et français.  

Tenue homme

Maillot Manger c’est tricher

Un style qu’il faudra assumer mais une fabrication de premier plan. Si la déco vous déplait, sachez que LeBRAM propose une multitude d’autres modèles. On apprécie la possibilité de choisir entre deux types de coupes. Si vous êtes cyclo la coupe ajustée classique conviendra et pour les coureurs la coupe pro est recommandée. Dans les deux cas on est sur un maillot de belle qualité et très respirant.

Maillot Manger c’est tricher : 80 € en coupe ajustée et 90 € en coupe pro

Cuissard Iseran Endurance

Le cuissard endurance porte bien son nom. Il privilégie le confort avec une construction de six pièces de lycra. Sa peau Elastic Interface contient du gel, particulièrement agréable. La sensation est d’être assis au plus proche de la selle, pas de surépaisseur. La bande silicone

Cuissard Iseran Endurance : 100 €

Tenue femme

Maillot Luz Ardinen

La coupe femme des maillots LeBRAM est particulièrement réussie. Le tissu ne baille pas et ne se montre pas trop long sur l’arrière, comme souvent sur les maillots femme. Très aéré, les montées de cols ne sont pas à craindre, même en cas de très forte chaleur. À ce propos, le tissu résistant aux UV est un vrai plus !

Maillot Luz Ardinen femme : 80 €

Cuissard Iseran Endurance

Quasiment les mêmes caractéristiques que le modèle homme mais adapté à l’anatomie féminine avec une coupe et une peau spécifique. On aurait souhaité pouvoir choisir entre modèle avec ou sans bretelles (choix possible sur cuissard long).

Cuissard Iseran Endurance femme : 100 €

Nalini

La marque italienne fait figure d’incontournable dans le monde des fabricants textile pour le cyclisme. Il faut savoir que son usine de fabrication en Italie est gigantesque et que Nalini est capable de fabriquer son propre tissu à-partir des fils de fibre ! Des chaussettes en passant par le sous-maillot et à la combinaison de contre-la-montre, absolument tout est fabriqué à domicile. Et sachez que Nalini fabrique pour beaucoup d’autres marques… Une légende on vous dit !

Tenue ASIS 2.0 homme

Le Top chez Nalini ! La tenue ASIS 2.0 évolue dans les sphères du très haut de gamme et de la haute technicité. Le maillot présente un nombre incroyable de pièces cousues entre-elles. Des coutures classiques ou des coutures thermo qui font de ce maillot une pièce étonnante. La sensation au porter équivaut à celle d’une combinaison, le côté fonctionnel en plus. Côté aération on est évidemment dans le haut du panier.
Le cuissard est aussi un concentré de technologie. Les bretelles sont d’une souplesse et d’une finesse remarquable. Leur coupe épouse parfaitement la forme du corps en position « cycliste », de ce fait le confort sur le vélo s’en trouve grandement amélioré. À contrario lorsqu’on est debout ça tire un peu. Normal. La peau est certainement la plus douce du marché. Son épaisseur varie selon l’endroit et les coutures sont impeccable. Du travail de haute couture !
Une autre variante de la tenue ASIS existe. Si la tenue jaune l’ASIS Ventoux est dédiée à la montagne avec ses matières très aérées, Nalini propose l’ASIS Velocita (rouge ici) avec des matières plus rapides. La construction et la qualité sont identiques. À vous le choix en fonction de votre pratique !

Maillot Asis Ventoux 2.0 Jaune : 149 € – Cuissard Asis Stelvio 2.0 Jaune : 149 € – Maillot Asis Velocita 2.0 Noir/rouge 99€ – Cuissard Asis Leader Noir : 99 €

Tenue ASIS 2.0 femme

La tenue femme ASIS reprend les attributs qualitatifs de la tenue éponyme masculine. C’est certainement la tenue femme la plus haut de gamme, la plus confortable et la plus technique du marché. La coupe est évidemment adaptée, de même que la peau du cuissard. Cuissard qui se passe de bretelles, au grand bonheur de Marie, notre modèle- testeuse. La finition est superbe !

Maillot Asis Stilosa 2.0 Bleu : 99 € – Maillot Asis Raffinata 2.0 Noir/rose : 109 € – Cuissard Asis Ambiziosa Noir Fuxia : 89,90 €

Ozio

La jeune marque crée par Christian Dauvergne ambitionne de proposer des vêtements cyclistes techniques et beaux à un tarif abordable. Entre conception et réalisation ou choix des matériaux, le résultat est à la hauteur. En tout cas nous avons bien apprécié cette tenue qui rejoint directement le vestiaire Top Vélo !

Tenue Maillot Sunset & Cuissard Gran Fondo

Il ne faut pas juger le maillot Sunset par son tarif qui le placerait dans la catégorie des vêtements d’entrée ou de milieu de gamme chez les concurrents. Il faut oublier cela et se concentrer sur sa construction et les sensations lorsqu’on le porte. Premièrement il bénéficie d’une matière différente sous les aisselles pour laisser respirer (ce que la marque appelle une maille technique), ensuite la coupe est parfaite, comme si on avait toujours porté ce maillot. La quatrième poche zippée est un vrai plus pour ceux qui transportent de la monnaie avec eux, tandis que les bandes réfléchissantes sont désormais un classique.

Cette marque est une vraie découverte, d’autant plus que le choix de couleurs est immense !

Il porte bien son nom le cuissard Gran Fondo ! D’ailleurs il fait penser au fameux cuissard « Classic » de Rapha, c’est dire la référence. Son confort est parmi les tous meilleurs du marché et son tarif toujours accessible. La peau provient du fabricant italien Elastic Interface et son tissu compressif juste comme il faut permet de rester aéré et de ne pas se sentir gêné dans les mouvements. On peut ajouter les coutures surpiquées à l’extérieur et plates à l’intérieur. À acheter les yeux fermés !

Tarif : Maillot 79 € – Cuissard 129 € – Chaussettes : 14 € – Gants : 22 €

Pedaled

La marque italo-japonaise devient désormais incontournable lorsqu’on souhaite s’habiller avec style classique sans sacrifier la technique. Depuis quelques années nous avons noté une nette hausse de la qualité et une fabrication exclusivement italienne. Pedaled c’est des vêtements qu’on gardera de nombreuses années et qui sont indémodables.

Maillot TCR

Le TCR est conçu exclusivement pour les parcours au long cours. Son confort est hallucinant. La doublure à l’intérieur du col est le meilleur témoignage du soin apporté à la finition. Et cerise sur le gâteau, même par forte chaleur il évacue bien la transpiration. Nous avons noté qu’en cas de légère pluie il est déperlant.

Tarif : 105 €

Cuissard Natsu

Toujours orienté confort, le cuissard Natsu est néanmoins très performant. Léger et bien coupé, sa peau Cytech lui permet de rester confortable même sur très longue distance. Sa construction sérieuse rassure sur sa durabilité, digne de son rang. Il est bien un cuissard très haut de gamme.

Tarif : 135 €

Poli

La société française (et marseillaise) est bien plus ancienne qu’on ne le pense, car crée en 1979 Poli est une référence parmi les marques de vêtements et pionnière dans la sublimation. Appréciée des coureurs et des cyclosportifs, elle est omniprésente chez les clubs et équipes amateurs.

Tenue maillot Stark et cuissard Orku

Une tenue très légère au rapport prix-qualité exceptionnel ! La matière du maillot Stark le rend très agréable à porter et aéré. C’est d’ailleurs lorsqu’on le manipule qu’il faita papraitre sa légèreté et sa finesse. Les trois poches arrière sont bien accessible et le maillot ne baille pas dans l’arrière du dos lorsqu’on se penche en avant.
Le cuissard Orku est assez classique. Ses bretelles sont bien souples et les élastiques de maintien des cuisses larges. Ils ne compriment pas trop ce qui est bon pour le confort. À ce sujet pour les plus lourds la peau (une Elastic Intreface, le top du top) sera peut-être un poil trop fine. Les plus légers apprécieront ! Côté construction rien à dire, c’est du très sérieux.

Maillot : 69,90 € – Cuissard : 79,90 €

Tenue maillot Asli & cuissard Dogal

Une superbe tenue ! Niveau design cet ensemble nous a tapé dans l’œil. Le maillot Asli est très doux et hyper confortable. On le réservera pour des températures maximales de 25 degrés car il ne bénéficie pas d’aérations. La coupe est très agréable au porter.
Le cuissard Dogal, bien que moins onéreux que le Orku sera à recommander pour les plus lourds, avec sa peau légèrement plus épaisse (toujours une Elastic Intreface). L’élastique de maintien des cuisses est un peu moins large aussi.

Maillot : 72,90 € – Cuissard : 65 € – Gants 29,90 €

Maillot femme Vituna

Un maillot à l’apparence classique constitué de deux matières. Une très douce mais pas aérée sur le devant et l’arrière et une très aérée pour les côtés et les dessous de bras. On réservera ce maillot pour des températures jusqu’à 30 degrés et pour les plus fortes chaleurs préférez-lui le modèle Vita. Petit détail : l’élastique au-dessus des trois poches est super bien pensé.

Maillot : 63,90 €

Maillot femme Vita

Super léger, c’est le maillot parfait pour les hautes températures et les ascensions de cols en pleine chaleur. Constitué de deux matières (une pour le devant et l’arrière, l’autre pour les côtés et les dessous de bras), c’est celui-ci que Marie a préféré. La coupe est parfaite, tout comme le confort. Comme sur le maillot Vituna, l’élastique au-dessus des trois poches est super bien pensé.

Maillot : 59,90 €

RH+

La marque italienne se reforge une nouvelle image depuis quelques années en produisant des tenues aux dessins artistiques et décalés au sein de son « Bike Fashion Lab ».

Tout droit sortie du Bike Fashion Lab, cette tenue en jette !

Tenue Maillot Art W & Cuissard Fashion W

Attention les yeux ! Pour celles qui aiment les couleurs, le maillot Art est recommandé. Techniquement il se montre bien coupé mais on aurait préféré un peu plus d’aération. À réserver pour des températures inférieures à 30 degrés. Le cuissard est sans bretelles et sans surprises. Le confort est bon, tout comme la coupe. Rien d’exceptionnel mais un bon produit adapté à l’anatomie féminine.

Maillot : 79,90 € – Cuissard : 99,90 €

« Bien plus passe partout que la tenue femme « Fashion Lab », cet ensemble de belle facture est hautement recommandable. »

Tenue homme Maillot Logo & Cuissard Prime

Un super maillot apte à accepter toutes les températures. Sa coupe est parfaite, proche du corps sans trop serrer. Sa matière « ProLogic » est très aérée et extensible. Belle finition.Côté cuissard, c’est du milieu de gamme qui fait le job. Très confortable, il se montre assez aéré. Par rapport à un top de gamme, on sent évidemment la différence au niveau des bretelles, mais à moins d’enchainer les sorties de 6 heures, il n’y a pas de quoi dépenser un tiers de plus. On achète !

Maillot Logo : 99,90 € – Cuissard prime : 99,90 €

Shimano

Le Géant Nippon est présent sur tous les segments, même sur celui des vêtements ! Et comme avec la majorité des produits Shimano, on constate que concernant la construction le sérieux est de mise, même si cette année des couleurs vives apparaissent au catalogue.

Tenue Sumire femme

Spécifiquement conçue et adaptée à l’anatomie féminine, la tenue Sumire a particulièrement convaincu Marie, notre modèle-essayeuse. Le maillot est très doux au toucher et ne comprime pas la poitrine. Sa coupe dans le bas du dos ne baille pas, comme bien trop souvent malheureusement. À ce propos, les poches sont facilement accessibles et même remplies ça ne pend pas disgracieusement.
Le cuissard sans bretelles est un modèle de confort. Le maintien au niveau du ventre est assez large et de fait ne comprime pas. La peau est douce et pas trop épaisse. On apprécie aussi le bandeau de maintien sur les cuisses qui, comme celui du ventre est large.

Maillot : 79,95 € – Cuissard : 79,95 € – Gants : 29,95 €

Tenue Evolve

On est dans le très haut de gamme avec la tenue Evolve.
Le maillot est un modèle de technologie au bénéfice de l’aération avec une construction en deux couches (très fines, rassurez-vous) et des aérations découpées au laser sous les bras, dans le dos et sur la poitrine. Son confort est royal et sa coupe assez sportive. La matière étant assez extensible, ça ne posera pas de problème pour ceux qui ne sont pas taillés comme Romain Bardet.
Le cuissard est exceptionnel. La nouvelle peau Shimano est d’apparence assez épaisse, mais une fois en selle elle élimine presque toutes les vibrations de la chaussée. Les bretelles sont ultra fines et s’oublient tout de suite, tandis que la petite poche sur la cuisse se révèle très pratique pour y ranger une barre. Certainement l’un des meilleurs cuissards du marché !

Maillot Evolve : 139,95 € – Cuissard Evolve : 179,95 € – Gants Evolve : 39,95 € – Chaussettes : 14,95 €

Tenue Breakaway

La tenue Breakaway officie dans le milieu de la gamme Shimano. Son maillon est constitué de 4 pièces au niveau des épaules ce qui lui donne un confort de premier plat et Shimano n’a pas oublié les aérations. Il y en a partout ! La coupe est classique et conviendra à tout le monde (à moins d’être coureur pro).
Le cuissard est assez simple mais bien coupé et surtout bien fabriqué. Cependant on constate que les bretelles n’offrent pas le même confort que celles du cuissard Evolve qui sont exceptionnelles mais on est tout à fait dans la norme. Les élastiques de maintien sur les cuisses sont parfaits.

Maillot Breakaway : 94,95 € – Cuissard Breakaway : 109,95 € – Gants Evolve : 39,95 € – Chaussettes : 14,95 €

Décathlon

C’est l’effervescence cette année chez Decathlon ! En effet la société française adopte une nouvelle stratégie en renommant B’TWIN qui devient Van Rysel. Ce nouveau nom est destiné à donner plus d’identité à la marque de course et compétition du groupe. Triban qui existait déjà se voit aussi donné une nouvelle dimension en devenant la marque associée à une pratique plus décontractée, plus cyclo.

Van Rysel

Tenue 500

Quel progrès ! Dès les premières secondes on sent juste au porter que cette tenue n’a plus rien à voir avec les anciennes, lorsque la marque s’appelait B’TWIN. Les matières sont nouvelles et les coupes aussi. À ce tarif le maillot 500 est une affaire à ne pas louper, tant il est confortable, aéré et beau. On l’adore ! Concernant le cuissard, mêmes commentaires que pour le maillot, ce cuissard signe le bond qualitatif gigantesque de Van Rysel. Rien à dire, il fait le job avec classe.

Maillot : 50 € – Cuissard : 60 €

Combinaison

C’est la combinaison portée par les coureurs du Team U19 en compétition, et autant vous dire que côté coupe il faut être affuté. Évidemment un vêtement de coursier, destiné à offrir le moins de résistance à l’air possible. Son confort permet toutefois quand même d’envisager des sorties estivales. À ce tarif comme de coutume chez Van Rysel : un super produit !

Combinaison : 99 €

Triban

Tenue RC 500

Une tenue très convaincante ! La coupe est parfaite ! Ajustée mais pas trop, sa fabrication est d’excellente facture. À ce niveau de tarif c’est remarquable. Une fois portée le confort qui est excellent permet d’envisager des sorties assez longues. Il n’y a qu’en cas de forte chaleur que cette tenue avouera ses limites. À 70 euros l’ensemble il serait dommage de s’en priver, d’autant que le design est très sympa !

Maillot : 35 € – Cuissard : 35 €

Rose Backroad

Rose Backroad

Tout le monde connaît le sérieux de Rose. En effet la marque familiale allemande propose des machines dont la qualité et l’efficacité sont unanimement reconnus. Mais la nouveauté c’est que Rose devient fun et le Backroad, leur dernier Gravel en est le meilleur exemple. Voici pourquoi…

Le Gravel fun par Rose

DDes couleurs vives, une ligne qui marque l’esprit et un équipement qui résulte d’un savant mélange entre rendement et maîtrise des coûts, voilà en quelques mots le Backroad. On vous le dit tout de suite, on s’est éclaté à ses commandes !

Un vélo bienvenu dans le monde Gravel

C’est le cas tant l’offre en vélo Gravel est pléthorique. Dès lors il devient difficile pour les constructeurs de se distinguer car il faut avouer qu’il existe peu de mauvaises machines.Pourtant Rose crée la surprise avec le Backroad.

Surprise avec une ligne inattendue. Aérienne, dénuée d’artifices et belle, simplement. Ensuite, techniquement c’est un Rose. Alors avec un cadre à un kilo tout juste, de la fibre de carbone T30/40, une compatibilité avec des pneus jusqu’à 42 mm, un freinage disque à la câblerie totalement intégrée, une tige de selle flexible avec un serrage invisible et un total de cinq tailles, on peut déjà avancer que Rose voit juste.

Plusieurs versions d’équipement

Comme de coutume chez Rose, on a le choix entre plusieurs versions d’équipement. Et du Shimano 105 au Sram eTap AXS il y en a pour tous les goûts. Nous avons choisi l’intermédiaire avec le Sram Force 1x. Un groupe très solide qui convient parfaitement à l’usage Gravel, bien aidé par son unique plateau et son dérailleur arrière renforcé au ressort de rappel surpuissant.
Côté freinage c’est évidemment du freinage disque, hydraulique. Idéal sur un vélo Gravel, simple d’utilisation, précis et puissant. Sachez que l’entretien d’un système de freinage hydraulique se limitera à un changement de plaquettes et une purge de temps en temps suivant votre usage. Aucune crainte à avoir !
Le reste des composants du Backroad est de très bon niveau avec un poste de pilotage Ritchey. La tige de selle retient notre attention. Développée par Rose, elle est en carbone et bénéficie d’un flex important. C’est à dire que sous contrainte (chocs, et poids du cycliste) elle va fléchir d’avant en arrière afin d’absorber les vibrations de la chaussée. Un système très efficace qui a l’avantage de ne comporter aucune pièce mécanique, ce qui est un plus pour la fiabilité et l’entretien.
La selle est une Selle Italia Novus Flow (avec ouverture centrale). C’est une selle qui conviendra au plus grand nombre, encore un très bon choix.
On termine le tour des équipements avec le train roulant. Je vous parle en début d’article de la compatibilité du cadre avec des pneumatiques jusqu’à 42 mm, en série Rose équipe le Backroad de Schwalbe en 38 mm. Des pneus mixtes qui seront à l’aise sur une multitude de terrains. Pour les roues, la marque a développé ses propres modèles, baptisés R-Thirty Disc. Basées sur une jante aluminium de 24 mm de large (19 mm en interne) pour 31 mm de haut, compatibles Tubeless et rayonnées avec des Sapim CX-Ray (28 à l’avant et à l’arrière, croisés par 3), ces roues semblent très sérieuses. Côté moyeux, outre les quadruples roulements à l’arrière et double à l’avant, axes traversants et fixation Center Lock sont au programme. Leur masse de 1650 grammes est dans la bonne moyenne et devrait leur garantir une rigidité et une fiabilité sans reproche.

Dans les chemins et sur la route

Essayé dans les chemins, sur le sable, les pierres et sur asphalte, nous n’avons pas été tendre avec le Backroad.
Pourtant il s’en est toujours bien sorti, aidé il est vrai par les excellents pneumatiques Schwalbe.
Dans les chemins il se montre très joueur et on se prend tout de suite au jeu. Rappelant presque les sensations offertes par notre VTT, on s’amuse à affronter des obstacles qui semblaient hors de portée d’une machine avec un poste de pilotage « route ». Figures garanties pour les plus adroits d’entre nous.
Mais pour rester sérieux (il faut bien parfois…) le Backroad est aussi très performant dès lors qu’il s’agit de pédaler en puissance. Nous avons pu l’essayer longuement sur des pistes de sable et son rendement nous a séduit. Sur le plat l’inertie et la rigidité des roues s’accommodent parfaitement avec le cadre pour parfaite efficience. La facilité à se sortir des obstacles est sidérante. Lors de notre séance photo nous avons poussé le vice jusqu’à rouler au bord de l’eau sans aucune difficulté.
Sur la route avec les pneumatiques de série on sent évidemment que ça accroche. On peut se faire plaisir, mais sans rechercher la performance, qui sera au contraire à son diapason une fois dans les chemins. Mais en passant sur une section de 32 mm typée route comme nous avons pu l’expérimenter, c’est tout autre chose. Les qualités dynamiques du cadre sautent aux yeux et se ressentent dans les jambes. Ainsi chaussé le Backroad s’utilisera pratiquement comme une machine de route normale à la différence de la géométrie typée endurance qui rend le vélo très soft en relance.
Côté confort rien à redire, même sur les terrains les plus accidentés le Backroad survole les obstacles, effaçant pratiquement tous les trous et chocs.

Un Gravel des plus désirables !

Le Backroad nous a tapé dans l’œil. Par son design tout d’abord. Ensuite par son comportement très homogène et hyper agréable. Utilisable à la fois sur les chemins, pour aller travailler ou pour se faire plaisir sur la route (avec la monte pneumatique adéquate), c’est l’exemple même du vélo à tout faire.
Un des Gravel les plus désirables sur le marché !

Rose Backroad

%

Rigidité

%

Nervosité

%

Rendement

  • Rigidité 80% 80%
  • Nervosité 75% 75%
  • Rendement 80% 80%

Fiche technique

Cadre Rose Backroad T30/40 carbone
Fourche Carbone
Groupe Sram Force 1x
Roues Rose R Thirty Disc
Pneus Schwalbe G-One Allround Evolution Line 38mm
Cintre Ritchey WCS Evomax
Potence Ritchey WCS C220
Tige de selle Rose RC-170, selle Selle Italia Novus Flow

Accessoires et vêtements

Tenue Top Vélo
Chaussures DMT DM1
Casque Bollé the One
Lunettes Bollé

Poids 8,2 kg
Tarif 2 570 euros

Colnago Ottanta 7

Colnago Ottanta 7

À l’occasion de son 87ème anniversaire Ernesto Colnago a présenté au Monde un vélo unique. C’était à Londres en petit comité. Nous y étions. Seuls français présents aux côtés du Maestro pour découvrir en compagnie de Giuseppe Saronni l’Ottanta 7. Vélo ou testament spirituel, un palimpseste émotionnel qui appelle à lui la quintessence des temps glorieux où la technologie ne tenait jamais lieu de génie.
Cette machine réalisée à un seul et unique exemplaire, synthétise toute la classe et toute l’histoire des bicyclettes de la marque au trèfle. Au-delà de toute notion réelle et commune, un cadre acier plaqué or 24 carats équipé du groupe le plus légendaire qui soit : le Campagnolo du cinquantième anniversaire.
Voici le vélo qui restera certainement comme l’oeuvre ultime de l’éternel Ernesto. Nous vous offrons son essai en scoop absolu grâce à la confiance et à la générosité d’un collectionneur français fou de Colnago au point d’en posséder plus de 200, Gérard Abadie. Qu’il en soit remercié.

L’ESSAI ULTIME

C ertains coureurs m’ont fait rêver. Marco Pantani et Lance Armstrong. Pavel Tonkov aussi. Mais dans ma carrière de cycliste, un seul homme m’a fait plus rêver que tous les autres : Ernesto Colnago.
Ayant eu la chance de le rencontrer à de nombreuses reprises et ayant aujourd’hui le bonheur de le côtoyer, je peux affirmer qu’il est bien le Pape du cyclisme. Aucune autre personne n’aura autant révolutionné notre sport. Pas un champion, pas un autre constructeur, pas un ingénieur. Personne.
Personne selon moi ne possède sa sagesse, sa vision des choses, ses connaissances, son intelligence et son savoir-faire. Personne jamais n’a rêvé aussi haut et aussi loin.

Et je dois dire que sa rencontre a changé ma vie. Entre prise de conscience des réalités de notre sport, tant au niveau sportif que mécanique ou marketing, on ressort bien différent de sa rencontre avec celui qu’on surnomme simplement il maestro.
Car à 87 ans passés il aurait bien des leçons à donner à certains coureurs, constructeurs ou ingénieurs bien plus prétentieux qui ne possèdent certainement même pas ne serait-ce qu’une infime part de son talent.
Alors dans tout cela l’Ottanta7, rebaptisé C87, n’est qu’un simple rappel de la réalité.
Un retour à la réalité nécessaire aujourd’hui où certains rêvent devant des bouts de carbone mal construits et mal réalisés. Mais au fond ça n’est pas leur faute, les mêmes prétentieux dont je parle plus haut sont devenus des as du marketing, aptes à faire passer un poster Ikea pour un Chagall ou un De Chirico.

À ceux qui ne voient dans l’extraordinaire Ottanta7 que le remake d’un vélo vintage et dépassé et ajoutent « encore du clinquant chez Colnago », je leur réponds personnellement qu’il est inutile de continuer à lire ces lignes, s’ils ne peuvent apprécier le geste d’artiste et d’esthète d’Ernesto Colnago, ils ne pourront apprécier cet article.

Dans ce contexte j’ai essayé le Colnago Ottanta7 et je suis le seul au monde.

Oui, personne d’autre que moi n’a chaussé les cales-pieds dorés des sublimes pédales Campagnolo, polies. Tout comme personne d’autre n’a pu admirer les reflets du ciel dans les reflets dorés du cadre. Pas même son propriétaire actuel qui m’avoue ne pas réaliser encore toute la beauté de cette machine. Et ne pas même oser l’utiliser. Une question de respect certainement pour celui qui envisage prochainement d’offrir à ses quelques 200 Colnago un Musée qui serait simplement nommé Musée Ernesto Colnago. Avec comme joyau absolu cet Ottanta7 unique.
Alors ce jour où j’ai chaussé mes chaussures Detto Pietro, enfilé mon maillot laine fabriqué en italie et posé mes lunettes Vuarnet sur mon nez, je m’en souviendrai toute ma vie.
Car le chuintement des boyaux FMB neufs – collés sur ces jantes dorées Nisi à tomber – m’a donné la chair de poule. Et je me souviens de chaque seconde à ses commandes. Il est certain qu’aucun autre vélo ne m’a donné autant de frissons et dans l’avenir aucun autre ne m’en donnera plus.

La rigidité du cadre est plus que suffisante. Si Eddy Merckx était capable de rouler à 50 km/h avec un Mexico dans les années 70, pourquoi pas moi aujourd’hui ? En fait tout est comme ça sur l’ Ottanta7. Évidemment les derniers vélos en carbone, tels le C64 sont plus légers et plus rigides. Mais le plaisir en selle n’a pas progressé.
Le confort est simplement exceptionnel. Aucun autre vélo de production n’arrive à la cheville de l’Ottanta7 en la matière. Et ne me parlez pas des machines pseudo-endurance au confort soit-disant étudié par des armées d’ingénieurs et d’ordinateurs…
Même chose pour le groupe Campagnolo du cinquantième anniversaire. Il fonctionne à merveille ! Je ne dis pas qu’il faut obligatoirement revenir au changement de vitesse sur le cadre (au contraire, l’évolution des groupes est bénéfique à la performance, c’est indéniable) mais on s’y fait très bien. Cela me fait penser au retour en arrière de certains constructeurs automobiles qui avaient abandonnés les fameuses grilles de sélection au profit des boites séquentielles à palettes au volant. Après le mécontentement de beaucoup de clients on a pu observer le retour de ces fameuses grilles de sélection. C’est la même chose concernant le choix d’équiper l’Ottanta7 du groupe du cinquantenaire. Pas un retour en arrière, mais un retour aux sources. Un retour à l’essentiel.
Et c’est bien ce qui ressort de mon essai de cette machine extraordinaire. L’Ottanta7 est une machine essentielle dans l’histoire du vélo de course. Qui mériterait d’être exposée au MoMa de New York aux côtés de la Jaguar Type E. Où comment marquer l’histoire.

Vous pourrez bientôt admirer l’Ottanta7 et toute la collection de Colnago (près de 250 machines d’exception) de Gérard Abadie dans son musée qui devrait être inauguré à Rivesaltes en présence du Maestro en personne.
Mais à ce jour, n’hésitez pas à vous rendre au magasin Les Cycles Moreno pour admirer une partie de cette extraordinaire collection. Vous y serez accueillis par des passionnés et des experts de la marque Colnago. Une adresse à visiter absolument !

Contact : Cycles Moreno – 18 avenue Alfred Sauvy, Mas garrigue Nord
66600 RIVESALTES (Perpignan) – cyclesmoreno.com – Tél. 04 68 61 35 43