C’est la déferlante des vélos à assistance électrique. On les compte par dizaines et quasiment tous les constructeurs s’y sont mis. Y compris l’un des plus illustres, Bianchi, qui le développe à sa manière. Histoire de ne faire comme aucun autre, le moteur est un Polini. Ce qui évoquera pour certains d’entre vous les mobylettes des années 70… Nous y voilà !

On n’attendait pas de Bianchi un modèle électrique. Et pourtant la marque sait nous surprendre. Il ne faut pas oublier que celle que nous qualifierions de marque haut placée était à sa création une marque généraliste qui a proposé des vélos, des motos et des voitures. Rien de plus normal donc de retrouver en 2018 un vélo à assistance électrique dans la gamme du constructeur céleste.

Et l’Impulso E-Road ne fait pas dans la demi-mesure ! Sa ligne est sportive et en dit long sur ses prétentions. Il est électrique, oui, mais électrique et sport.

Les caractéristiques du moteur et de la batterie sont alléchantes. Le moteur Polini E-P3, dernier-né de la marque (spécialisée dans l’optimisation de tout ce qui comporte deux roues et un petit moteur) affiche tout juste 2 850 grammes sur la balance. Mais surtout des chiffres flatteurs de 70 Nm de couple et 250 W de puissance avec un pic possible à 500W. Selon la fiche technique de l’E-P3, chaque marque utilisant le moteur peut personnaliser ses diagrammes de fonctionnement pour l’adapter précisément et finement au vélo. En outre, il permet l’usage de bases courtes de seulement 420 mm et le passage des gaines et divers cables, le montage de pédaliers à un ou deux plateaux et une bonne intégration dans le cadre. Bref, le fin du fin !

La batterie, elle, affiche classiquement 500 W de puissance, un fonctionnement et une capacité de 36 AH. De quoi garantir une bonne autonomie et un fonctionnement parfait du moteur.

Au sujet de l’autonomie, Bianchi ne communique pas vraiment sur le sujet. Lors de notre essai, la batterie était chargée aux trois-quarts et l’autonomie indiquée était de 85 km. Au fil des kilomètres, elle décroissait normalement, ce qui laisse envisager une centaine de kilomètres sereinement. Évidemment, si vous allez monter le Mont Ventoux, l’autonomie sera fortement réduite !

Du très sérieux

Que ce soit lors de la lecture de la fiche technique ou en faisant le tour du vélo, la conclusion arrive vite. C’est du très sérieux. Bianchi nous gratifie là d’un montage soigné et de qualité, souvent rare dans l’univers des VAE.

C’est le groupe Ultegra qui équipe l’Impulso E-Road à l’exception de la cassette 105 et du pédalier FSA. Le gage d’un fonctionnement irréprochable, d’une bonne durabilité et d’un poids contenu.

Côté freinage, c’est aussi l’assurance d’une sécurité de haut niveau tant on connaît les performances de l’Ultegra dans ce domaine. Rien à envier à un Dura-Ace !

Bianchi a monté des composants maison, en aluminium. On pourra alléger le vélo facilement mais l’ergonomie est très bonne. Le drop du cintre est court et permet de se poser facilement mains en bas.

On reste en Italie avec le train roulant qui vient de chez Fulcrum. Si l’on ne connaît pas trop les Racing 700 DB (ce sont des roues de cyclocross), elles devraient se montrer assez rigides et résistantes face à la puissance du moteur. Revers de la médaille, elles ne sont pas très légères. Mais avec les pneus Vittoria de 32 mm de section, même avec des roues plus légères, il serait bien difficile de sentir quoi que ce soit. Nul doute que Bianchi a choisi la sécurité au détriment du rendement. Vite des pneus de 28 mm !

Nerveux !

Bien que le Bianchi soit plus léger que la plupart de ses concurrents, la fonction d’aide à la marche est appréciable. On se dit au début que ça ne sert à rien puis on se surprend à l’essayer… pour l’adopter.

Le moteur Polini réagit tout de suite, même à basse vitesse. Le couple arrive instantanément. De quoi soulever la roue avant allègrement dans les bosses.

Mais c’est à basse vitesse que le moteur impressionne. Par sa disponibilité mais surtout par sa précision. Il assiste et aide juste comme il faut, sans trop en faire.

Et lorsqu’on lui demande, il sait donner son maximum sans temps mort. Le moteur analyse en permanence l’appui sur les pédales et capte la cadence de pédalage, ce qui lui permet de gérer finement l’assistance. Les plus technophiles d’entre vous apprécieront assurément l’indication du capteur de puissance sur le compteur. Oui, il s’agit d’un vrai capteur de puissance. On peut ainsi afficher la puissance musculaire que donne le cycliste ou la puissance fournie par le moteur électrique.

Sur le plat le vélo est bridé à 25 km/h et la bride intervient effectivement à 27 km/h. Difficile de dépasser les 30 km/h, l’inertie, le poids du vélo et le moteur qu’il faut emmener n’aident pas. En côte, la limite n’est pas un problème et vous déposerez sans effort tous les cyclistes. Il n’y a pas de limite, on passe très vite.

En descente, le freinage Ultegra fait des merveilles et le poids conséquent du vélo ne se fait pas sentir lors de la prise d’angle, en courbe. Le Bianchi se montre rassurant.

Une ligne sportive mais à conseiller à tous !

Non, l’Impulso E-Road n’est pas à réserver exclusivement aux plus sportifs d’entre vous. Car s’il a tout du pur vélo de course, son moteur Polini sait s’adapter à toutes les allures et tous les types de cyclistes. Se faire plaisir avec un vélo à assistance électrique qui a de la gueule, c’est possible !

Share This