Campagnolo Ekar AD

Basso Palta

par | Mar 18, 2020 | Gravel, Les essais

Le Basso Palta a tout pour lui. Ligne à tomber, finition de très haut niveau, fabrication italienne et rendement d’exception. Et s’il représentait le parfait Gravel d’exception, celui qui nous fait doublement rêver le jour et la nuit ?

Le Gravel de rêve

Il y a un nombre incalculable de machines Gravel sur le marché. Certaine se distinguent plus que d’autres. C’est le cas du Canyon Grail comme c’est le cas du Specialized Diverge qui disposent de solutions techniques très évoluées pour dissiper les vibrations. C’est aussi le cas de l’Open Up dessiné par le génie Gérard Vroomen.

Et le Basso est de la même race que ces machines. Pouvant paraître « simple », il offre pourtant un équilibre et une pureté que peuvent lui envier bien des concurrents. À l’image de sa potence, juste magnifique, et de son tube de selle au serrage intégré. Il est parfois compliqué de faire simple et efficace…

Un des plus beaux cadres Gravel

Oui, la beauté est subjective, mais tout le monde s’accorde à dire que le Basso Palta est magnifique. Une somme de bon goût et de finition léchée. Une machine qui donne instantanément envie d’aller rouler et de recommencer tout de suite après.

Mais résumer le Palta à sa seule beauté ou sa finition serait passer à côté de sa fabrication qui relève de l’artisanal, sans le faire paraître.
Une fabrication maîtrisée de bout en bout car chez Basso tout se fait à domicile à côté de Bassano del Grappa, très proche de Venise.
Le cadre est constitué de fibres Toray T700 tissé 3K. La marque communique même sur l’orientation et le nombre de couches sur chaque tube constituant le cadre, des informations disponibles sur leur site internet.

Un cadre Palta qui intègre totalement la fixation de la tige de selle et qui optimise la filtration des vibrations grâce à un astucieux système d’élastomère qui prend place entre la tige et le tube de selle. Simple mais fonctionnel.
On aime aussi l’avant du cadre très dynamique grâce à la potence qui s’intègre parfaitement à la douille de direction. Une très belle pièce, rigide et légère qui prend place sur des entretoises spécifiques de la même forme. On peut ainsi rehausser le poste de pilotage sans défigurer le vélo. C’est d’ailleurs une marque de fabrique que le Palta partage avec le Diamante SV, top de gamme route.

Côté pratique, le Palta est compatible avec les pneus jusqu’à 42 mm et dispose de sept fixations pour le porte-bidon. Deux sur le tube de selle, trois sur le tube transversal (réglage en hauteur) et deux sous ce même tube. On peut donc emporter trois bidons à la fois, idéal pour les très longues sorties !

Le GRX, meilleur pour la boue et les chemins

Sans aucun doute ! Le GRX nous a emballé dès sa sortie et c’est un plaisir de le retrouver. On peut affirmer qu’il s’agit d’un groupe parfait. Son fonctionnement est exceptionnel, son ergonomie bien étudiée et sa fiabilité avérée. Bref un vrai produit Shimano comme on les aime. En plus, sa finition mat sied plutôt bien au Palta, vous ne trouvez pas ?

Les composants sont tous siglés Microtech, la marque de composants de Basso. La tige de selle légèrement profilée est tout en carbone et le cintre aluminium offre une ergonomie sportive. Bon choix, la nouvelle Fi’zi:k Argo particulièrement adaptée à la pratique Gravel. Ses rails en carbone filtrent bien les chocs et son assise large permet de se reposer sur les ischions.
Le train roulant se compose de roues Hunt (dédiées à la pratique Gravel) et de pneus Vittoria Tubeless de 38 mm de large. Des roues d’à peine plus de 1 600 grammes qui inspirent confiance et devraient se montrer performantes.
Pour les plus aiguisés d’entre vous, on imagine bien le Palta équipé d’une paire de roues carbone, histoire de s’amuser encore plus. Le cadre le mérite certainement !

Plusieurs centaines de kilomètres de pistes, en Espagne et en France

Jamais un vélo Gravel n’aura été tant testé et mis à l’épreuve pour un essai chez Top Vélo. En effet, la marque m’a convié en Catalogne l’automne dernier pour un road trip de quelques jours. L’occasion de tomber définitivement amoureux de cette pratique qu’est le Gravel, mais aussi de cerner complètement le comportement du Palta.
Un vélo que j’ai ensuite reçu à la rédaction et que j’ai pu emmener sur les chemins très rocailleux autour du Mont Ventoux, un terrain très différent de l’Espagne.

Le rendement est prédominant. C’est la première sensation sur le Palta. Car même sur l’asphalte et malgré les larges pneumatiques de 38 mm, je me sens voler. Le cadre distille des sensations proches des meilleurs vélos de route. Évidemment sur le papier, les pneus me ralentissent mais l’efficacité est surprenante.

Ensuite le confort.
Dénué d’éléments mobiles, je pensais trouver un comportement dur, plutôt typé vélo de cyclocross. Il n’en est rien car le tube de selle et la tige se déforment verticalement de manière importante. Même chose à l’avant où la fourche fait un travail considérable. Associé à l’élastomère dont je vous ai parlé, le Palta survole tout. J’ai ainsi pu passer des obstacles que je croyais réservés aux purs VTT. Le vélo encaisse, sans jamais se désunir, ni même casser. Vu les passages empruntés durant mon road trip en Espagne, il y avait pourtant de quoi s’inquiéter. Le Palta gère.

Sur les pistes et dans les montées sèches, le groupe monoplateau ne m’a absolument pas gêné. Au contraire, il limite la possibilité d’incident mécanique et permet de se concentrer uniquement sur les changements de vitesses. Avec 42-42, on monte aux arbres !
Sur le plat, le Palta se révèle simplement fantastique. Comme sur la route avec une machine aéro dotée de jantes profilées, sauf qu’ici vous êtes dans les chemins recouverts de poussière. Bien entraîné, je n’éprouve aucune difficulté à soutenir une vitesse de plus de 30 km/h. Et dans les mauvais chemins rocailleux, l’avant absorbe encore une fois tout ce qui passe sous la roue avant.
Dans les descentes, je me suis amusé comme jamais. Les machines dotées d’éléments mécaniques visant à gagner en confort (sur l’avant notamment) perdent toujours en précision de pilotage. Ici le Palta est chirurgical. Un jouet qu’on place au millimètre.

Après plusieurs sorties Gravel de plus de 80 km et quelque 5 h de selle, sa maniabilité et sa facilité de prise en main font toute la différence et permettent de rentrer frais et le dos en bon état.
Je n’ai jamais roulé un vélo Gravel aussi facile d’accès combinant avec maestria un poids léger qui le rend meilleur en côte, une bonne filtration des vibrations qui le rend confortable et une géométrie diabolique qui le rend facile à utiliser. Vous vous rendrez compte que les éléments que je cite sont étroitement liés…

Inoubliable !

Le vélo est un objet matériel qui créé des souvenirs. Et le Palta est une machine à souvenirs. Une des meilleures qui soit car une fois en selle, plus rien n’entrave le pédalage et l’aventure. La machine tout entière se prête au pédalage et seconde parfaitement le moindre geste du cycliste. La performance est au plus haut niveau, quel que soit le terrain abordé et la difficulté des chemins. C’est ça le Palta, un vélo de rêve pour continuer de rêver, à vélo.

Basso Palta

Fiche technique

Cadre Basso Palta, fabriqué en Italie
Fourche Basso full carbone
Groupe Shimano GRX
Roues Hunt 4 Season Gravel XWide
Pneus Vittoria Terreno Mix700x38
Cintre Microtech aluminium
Potence Basso aluminium (Microtech)
Tige de selle et selle Basso carbone et Selle Fi’zi:k Argo

Tarif & poids

4300€
8,2 kg

Share This