Avec le Gravel Nemo Mendini, Cinelli touche au sublime

par | Oct 28, 2021 | Actualité

Depuis toujours le label Cinelli est synonyme de classe, de culture et de poésie autant que de performance et de beauté. Le nouveau Nemo Gravel Mendini vient confirmer avec brio l’incroyable propension de la vénérable marque milanaise au défi esthétique face à la morne litanie des productions de masse.

LE NEMO GRAVEL « MENDINI »

La bicyclette, ou plutôt le chef d’œuvre, Nemo Gravel Mendini, ne sera produit qu’à 30 exemplaires par Cinelli. Bien plus qu’une série spéciale du nouveau Gravel de la marque, un vibrant hommage à l’un des plus importants créateurs italiens du XXème siècle. Compagnon de route de génies absolus tels que Ettore Sottsass ou Michele De Lucchi, Alessandro Mendini prônait une rupture décisive avec les banalités consuméristes du modernisme international. Créateur du Radical Design, considéré comme le punk de la création italienne, auteur d’objets culte comme le mythique fauteuil Proust, il aura fait de son œuvre éblouissante un manifeste post-moderne de la création rebelle face aux diktats insupportables du marketing et du prêt à penser.

Ami fidèle de ce guerrier de l’art, Antonio Colombo s’était depuis longtemps juré de lui dédier un vélo ultime. Comme un hommage qu’il ne put hélas concrétiser du vivant de l’artiste, disparu en 2019. A la fois collectionneur, esthète, galeriste et agitateur d’idées et d’idéaux, le maitre à rêver de Cinelli n’imaginait pourtant pas de renoncer. Et avec l’accord des enfants de l’artiste il a remis à jour des œuvres adaptées par les designers maison à la réalisation d’un vélo d’exception, dans la lignée de l’icônique Laser ou du sublime Zagato.
Fulcrum Racing
Révélé ce jour au public, le Cinelli Nemo Gravel Mendini est donc l’aboutissement d’un acte de dévotion. Mais aussi la réaffirmation que le cyclisme peut et doit être une discipline artistique autant que sportive. Un concept avéré qui relègue au rang de pathétiques productions industrielles l’immense majorité des machines proposées au public depuis un quart de siècle de naufrage esthétique et sociétal.
Le nouveau Cinelli n’est pourtant pas une œuvre de salon destinée à trôner dans la villa Ricciotti d’un riche collectionneur aux côtés d’un meuble de Starck ou Le Corbusier. Tel la nouvelle moto MV Agusta Ago, ce vélo est apte à prendre la route. Ou plutôt les chemins, puisqu’il s’agit d’un authentique Gravel, étudié dans les moindres détails par les techniciens milanais.
Son cadre est naturellement réalisé manuellement avec des tubes Columbus spéciaux de la gamme Spirit HSS de 4 dixièmes d’épaisseur centrale. Le triangle arrière, inspiré de celui du Laser aéro de 1981, est particulièrement soigné pour donner à la fois élasticité et confort. La fourche en carbone Columbus apporte gain de poids et stabilité. Le groupe utilisé, lui aussi 100% italien, est le dernier né de Campagnolo, l’Ekar 13 vitesses à freinage disque. Les roues Rapid Red 500 sont produites par les italiens de Fulcrum. Et les pneumatiques sont les Pirelli Cinturato Gravel.

Au total une authentique machine de guerre en forme d’œuvre d’art.
A noter que chacun des 30 exemplaires du Cinelli Mendini sera accompagné d’une sérigraphie originale de l’artiste.

Tarif : 6000 euros

Share This